Levée de fonds (128 articles)

TxCell lève 10,5 M Euro(s). Pour un coup d'essai, c'est un coup de maître !

26/10/2004 dans Capital Risque, Levée de fonds | Commentaires (4)

Ce n'est pas moi qui dit cela au sujet de cette levée de fonds menée par Alain Lostis, un des mes associés (j'en ai déjà parlé), c'est Capital Finance, Groupe Les Echos.( Disclaimer : la mission TxCell a été menée par Alain Lostis, co-fondateur d'Aelios Finance, pour le compte de Chausson Finance - mandat de levée de fonds antérieur à la création d’Aelios Finance). Extrait de l'article :

"Pour un coup d'essai, c'est un coup de maître ! Dans le cadre de son premier tour, la biotech niçoise TxCell vient de recueillir 10,5 MEuro(s) auprès d'Auriga Partners, d'Axa PE, de BioAm, de CDC Entreprises Innovation et de Spef Venture. Ils rejoignent ainsi au capital les fondateurs, les dirigeants ainsi qu'Inserm-Transfert. Les fonds levés serviront à financer des essais cliniques en phase I et II-A. Créée en 2001 par Hervé Groux et Françoise Cottrez, cette biotech est spécialisée dans l'immunothérapie anti-inflammatoire..."

Coup de maître ! A quand le prochain Alain ?

Appel aux business angels ou à ceux qui souhaitent le devenir

21/10/2004 dans Business Angels, Capital Risque, Entreprendre, Levée de fonds | Commentaires (21)

J'explique pourquoi je lance ce message : mes associés et moi rencontrons plein d’entrepreneurs à la recherche de financement d’amorçage pour de très beaux projets. Très beaux projets, je le répète, et c’est pour cela que nous prenons un temps fou à les recevoir et à étudier ce qui doit être fait pour que ces histoires se lancent.
Les dossiers dont je parle reherchent des petits investissements, quelques centaines de milliers d’euros max soit trop peu pour la grande majorité des fonds d’investissement institutionnels. En même temps, notre base de business angels est large mais pas assez large pour industrialiser des processus de recherche de capitaux et de syndication des tours de table. Nous trouvons que c’est vraiment dommage et nous ne pouvons alors pas sélectionner plus de trois ou quatre projets de ce type par ans.

Si vous êtes un business angels et que vous passez par ce blog, ou si vous souhaitez devenir business angels, contactez-nous chez Aelios Finance au 01 43 12 32 12 ou par mail : contatc[at]aeliosfinance.com Pour reprendre l’expression de Julien, VSBA are welcome (very small business angels) car le but est de syndiquer les tour de tables (syndiquer siginifie faire rentrer plusieurs investisseurs dans un tour de table).
Pour ceux qui n’ont jamais été business angels, je rappelle une règle de base : il faut investir sur au moins six dossiers pour répartir le risque. Autre chose à savoir : les entrepreneurs apprécient énormément les business angels car ils apportent expériences et réseaux.

Premier tour record pour une société biotechnologique : TxCell lève 10,5 M Euros. Et bravo Alain !

15/10/2004 dans Capital Risque, Levée de fonds | Commentaires (13)

C’est aujourd’hui officiel.

Je dis bravo Alain car la personne qui a monté cette magnifique opération de levée de fonds (pour le compte de Chausson Finance, le mandat a été signé il y a quelques mois donc avant la création d’Aelios Finance) est Alain Lostis, un de mes associés. Alain Lostis est un des co-fondateur d’Aelios Finance et sa spécialité, vous l’avez compris, c’est la santé-biotech (deux associés sur six sont spécialisés en santé et biotech chez nous).
Je ne vais pas trop parler de ce que fait TxCell car je n’y comprends pas grand-chose mais le sujet est beau : la technologie TxCell apporte des réels espoirs de rétablissement pour des maladies (pour ne pas dire des saloperies) comme la sclérose en plaque ou la maladie de Crohn.
Le tour que vient de conclure Alain est exceptionnel : c’est le plus gros premier tour en biotech depuis des années je crois et, j’ai le droit de le dire, le tour a été sur-souscrit. Que du bonheur !
Entrepreneurs biotech, si vous cherchez un leveur de fonds, et bien nous sommes à votre disposition.

Pourquoi utiliser les services d’un leveur de fonds : extrait d’une Interview du patron d’un grand fonds de capital-risque français

09/10/2004 dans Capital Risque, Levée de fonds | Commentaires (10)

Le patron en question est Antoine Garrigues, Managing Partner d’Iris Capital (anciennement Part’com), un fonds historique. Extrait d’une interview parue cette semaine dans le Journal du Net :
- Le recours aux intermédiaires financiers est-il de plus en plus répandu ? »
- C'est effectivement une tendance que l'on constate. Elle est liée au phénomène de maturité du marché du capital-risque dans son ensemble. Entre 1995 et 1999, il y avait beaucoup moins d'intermédiaires sur le marché. Et aujourd'hui, ils se sont spécialisés. En fait, il se passe en France ce que le Royaume-Uni connaît déjà. Ce secteur fonctionne par réseau. Les intermédiaires savent quels sont les investisseurs susceptibles d'être intéressés par tel ou tel projet.

C’est vrai, un leveur de fonds expérimenté fait vraiment la différence. Je dis bien expérimenté car, attention (je m’adresse là aux entrepreneurs) : quand vous sélectionnez votre leveur de fonds, demandez à la personne qui sera en charge de votre dossier des références car l’expérience est le facteur clé de succès.

P.S. : à partir de demain dimanche, je suis à la conférence ETRE (European Technology Roundtable Exhibition) ou je vais aller drainer des informations pour les clients d’Aelios Finance sur les dernières tendances technologiques et les dernières tendances des VCs américains et asiatiques. Si je peux, je bloguerai sur les sujets les plus chauds ou les anecdotes rigolotes.

Six Apart, donc Typepad, lève $ 10 millions

08/10/2004 dans Capital Risque, Levée de fonds, Weblogs | Commentaires (13)

C’est officiel, plus ici.
C’est une très bonne nouvelle. Une très bonne nouvelle car les VCs aiment le sujet et c’est un bon signe pour ceux qui aiment les blogs et une très bonne nouvelle car Typepad va pouvoir investir massivement en R&D pour le bonheur de ses utilisateurs.
Et Typepad, c’est aussi une société un peu française grâce à Loïc Le Meur. Merci Loïc.
Tiens, ça me rappelle un petit-déjeuner, au Zebra Square, il y a six mois je crois, où je parlais avec quelqu’un de cette levée à venir…

" 7 MEuro(s) pour Praxim "

05/10/2004 dans Capital Risque, Levée de fonds | Commentaires (8)

Article de Capital Finance - Groupe les Echos

" CDC Entreprises Innovation vient de conduire le deuxième tour de Praxim, en misant 4 MEuro(s) dans cette start-up de la région grenobloise qui développe des solutions logicielles de chirurgie assistée par ordinateur. Turenne Capital Partenaires le rejoint pour 1,6 MEuro(s) et les investisseurs historiques (BNP Private Equity, BNP Paribas Développement, Matignon Technologies et Pre-IPO Invest) ont porté le tour à 7 MEuro(s). Il s'agit de la première opération menée par la nouvelle société de conseil, Aelios Finance (cf. n° 720). Plus de détails la semaine prochaine..."

Le premier deal d’Aelios Finance, déjà !

04/10/2004 dans Capital Risque, Levée de fonds | Commentaires (17)

Alléluia ! Je suis très fier d’annoncer le premier succès d’Aelios Finance alors que l’encre de notre communiqué de presse de lancement est tout juste sèche. Un très beau deal en plus. L’opération : une levée de fonds de 7 millions d’euros pour Praxim, un éditeur de logiciel medtech. L’associé en charge de l’opération a été Thibault de Monclin (Thibault, tu es un top gun !). Plus d'info ce soir.
Entrepreneur, si vous avez une belle entreprise qui recherche des fonds, contactez Aelios Finance, on ne va pas vous décevoir !

Meetic lève 7 millions d’euros auprès d’AGF Private Equity

30/09/2004 dans Capital Risque, Levée de fonds | Commentaires (22)

La levée Meetic n’est pas une de celles dont je parle dans la note précédente (des levées qui me concernent plus, vous comprendrez) mais un autre deal, annoncé ce jour.
Bravo à Marc Simoncini, un serial entrepreneur (vous vous rappelez ? iFrance) et à l’investisseur, Benoist Grossmann (si, si, c’est lui, même si ce n’est pas dans le communiqué, j’ai mes sources ;-).
Tiens, pour la belle histoire, Benoist a été un des investisseurs d’iFrance (il était alors un associé de Viventure), fidélité alors.

Question à la communauté de l’innovation

29/09/2004 dans Business Angels, Capital Risque, Entreprendre, Levée de fonds, Weblogs | Commentaires (31)

En regardant les stats de mon blog, des très bonnes stats d’après les pros du blog, alors que je parle plutôt de sujets confidentiels comme l’entreprenariat, l’innovation et le capital-risque (bon, je parle aussi un peu de tout et de rien), je pose la question suivante :
Pensez-vous qu’il nous faudrait en France une sorte de blogzine multi-auteurs dédié à la communauté des innovateurs qui inclut entrepreneurs, VCs, chercheurs, grands groupes du secteur, avocats, auditeurs etc. ? Une grande et belle communauté.
Moi, je suis pour, vraiment, d’ailleurs j’en parle depuis plusieurs mois à des gens qui pourraient le faire (ce n'est pas mon métier). Et vous, êtes-vous pour ? Répondez SVP (même par mail), c’est une vraie question et la réponse peut aider les entrepreneurs. Notre but, non ?

Levée de $ 9 Million pour Tagsys

27/09/2004 dans Capital Risque, Levée de fonds | Commentaires (7)

J’ai oublié de blogguer sur cette levée, un deal sur lequel j’ai travaillé et que j’ai évoqué dans des notes datées de mars et avril. Le closing a eu lieu cet été, mais il est public seulement depuis la semaine dernière. Pour voir le communiqué de presse, cliquez ici.
Tagsys, qui est basée à Marseilles, est une merveilleuse société. Elle possède un savoir faire remarquable dans la RFID et elle est déjà un leader mondial dans son domaine avec des bureaux aux USA et en Asie. La levée de fonds a été plutôt sympathique vu que plus de quatre fonds ont fait des propositions d’investissement.
Vous voyez, des bonnes nouvelles arrivent !

Capital-risque & levées de fonds : les bonnes nouvelles arrivent ...

23/09/2004 dans Capital Risque, Levée de fonds | Commentaires (10)

Je l’ai dit plusieurs fois depuis que j’ai lancé ce blog : l’année 2004 semble être une année charnière dans l’industrie du capital-risque en France. Les bonnes nouvelles arrivent. Elles viennent des fonds au travers de la bonne humeur des VCs, une bonne humeur que je n’avais pas vue depuis près de quatre ans. Pourquoi cette bonne humeur ? car beaucoup de sociétés des portefeuilles des VCs performent, elles rencontrent leurs marchés, elles montrent de belles croissances alors qu’elles respectaient rarement leur business plan ces dernières années. Je suis de près moi-même quelques sociétés de près (il m’arrive d’être administrateur) et c’est vrai, les clients achètent, les clients investissent au grand bonheur des startups. Encore mieux, toutes ces bonnes nouvelles concernent aussi des sorties (une sortie signifie une vente ou cotation d’une société).
Ces bonnes nouvelles, je ne les tiens aussi par des avocats et des commissaires aux comptes et j’ai l’impression que tout un écosystème est en train de se remettre debout et en ordre de bataille. C’est décidément un bon moment pour entreprendre et lever des fonds.

Capital-risque : faites- moi passer vos bonnes nouvelles

13/09/2004 dans Capital Risque, Entreprendre, Levée de fonds | Commentaires (12)

Pour info, ce blog atteint mille pages vues par jour, vues par des personnes qui s’intéressent au sujet du capital-risque et des levées de fonds (je sais, si j’étais une jeune bloggueuse qui expliquait que son cœur était à prendre, ce chiffre serait de plusieurs milliers. Mais bon, mes trucs à moi c’est l’entreprise au sens entrepreneur et le capital-risque, une merveilleuse industrie).
Une des missions de ce blog (si, si, il y en a au moins une en fait) est de re-créer un affectio societatis fort entre entrepreneurs et capital-risqueurs et pour cela, il faut parler du beau temps car voilà près de quatre ans que l’on parle trop de la pluie. Alors c’est simple, si vous avez des bonnes nouvelles à faire circuler, contactez-moi.
Au fait, affectio societatis est la baseline d’Aelios Finance.

Journal du Net : "Aelios : nouvel intermédiaire du capital-risque"

09/09/2004 dans Capital Risque, Entreprendre, Levée de fonds | Commentaires (12)

Voici l’article qui vient de sortir dans le Journal du Net, mon petit commentaire après :

***

La société de conseil financier vient d'être lancée par des anciens collaborateurs de Chausson Finance. (10/09/2004)

(...) la société Aelios Finance propose son assistance aux entreprises qui souhaitent lever des fonds, fusionner ou acquérir un autre acteur. Elle opère essentiellement sur les secteurs des TIC, des biotechnologies et des PME à forte croissance.

« Les TIC représentent notre secteur privilégié, indique Eric Félix-Faure, directeur associé de Aelios Finance. Nos experts, qui ont déjà monté 70 opérations financières avec succès au cours de leurs carrières, sont majoritairement spécialisés sur ce secteur. La société de conseil est aujourd'hui sur le point d'obtenir la gestion de huits levées de fonds et rapprochements, dans toutes les branches qu'elle couvre. ».

Sur le marché français du capital-risque, les entrepreneurs semblent donc nombreux à s'offrir les services d'un intermédiaire, lequel se rémunère en fonction du montant des opérations réalisées. « Le marché français du capital-risque et du capital-développement est remarquable par le nombre et la qualité des équipes de gestion, lit-on sur le blog de Pascal Mercier, directeur associé de Aelios Finance. Cependant parmi les centaines de professionnels du secteur, il est difficile de cibler efficacement les interlocuteurs à approcher tout en leur faisant passer le bon message. L’intermédiation devient un élément clé. »

Pascal Mercier assiste les entrepreneurs depuis 1999. Sur ses conseils, l'éditeur de la plateforme de téléchargement de jeux Boonty a clôturé son deuxième tour de table en juillet dernier. Le fond d'investissement Entrepreneur Venture a apporté plus de 500.000 euros au capital de la société. Le tour de table a été arrondi à 750.000 euros par OTC Asset Management, investisseur déjà présent lors de la première levée en mars (lire l'article du 25/03/2004). »

***

Commentaire : je confirme que nous ne sommes pas cinq associés mais six associés; Jacques-Henry Piot, Thibaut de Monclin, Alain Lostis, Jean-Denis Cornillot , Eric (qui est cité plus haut) et moi (la plus belle équipe du secteur ?!)
Aussi : j’ai été étonné d’apprendre qu’un nombre important de journalistes du secteur suivaient mon blog (et le JDN fait un lien vers mon blog). Sympa non ?

Au fait : chers amis lecteurs du Journal du Net, bonjour !

"Six partenaires de Chausson Finance créent Aelios Finance"

09/09/2004 dans Capital Risque, Levée de fonds | Commentaires (7)

Article de NetEconomie.com – jeudi 9 septembre 2004

" [ …] A force d'accompagner des entrepreneurs, on finit par lancer sa propre affaire… [ …] six des principaux collaborateurs de Christophe Chausson ont décidé de créer leur propre structure : Aelios Finance.

La nouvelle structure regroupe Alain Lostis, Thibaut de Monclin, Pascal Mercier, Eric Félix-Faure, Jean-Denis Cornillot et Jacques-Henry Piot et assistera les entrepreneurs issus des TMT, des biotechs ou de toute PME en croissance dans leurs opérations de levées de fonds, de fusions-acquisitions et de LBO. Sur les cinq dernières années, dans le cadre de leurs précédentes activités, les six associés ont réalisé plus de 70 opérations avec succès dont 15 au cours des douze derniers mois.

"Nous travaillons ensemble depuis près de cinq ans et nous partagions le même désir d'entreprendre. Nous avons déjà signé 8 mandats avec des entreprises en croissance et nous sommes aux côtés des entrepreneurs pour leur donner accès au capital développement" explique Pascal Mercier, Directeur Associé chez Aelios et célèbre weblogger (http://pascal.blogs.com/venture/).

Pour l’un des entrepreneurs qui a récemment confié un mandat à la société " La force d’Aelios Finance est un mélange rare : un historique de succès remarquable, une compréhension fine des problématiques des petites et moyennes entreprises et un engagement sans faille aux côtés de l’entrepreneur ".

Après quatre longues années de restructuration, le capital risque semble être de retour. Reste à identifier une nouvelle génération d'entreprenautes. "

***

Voilà que je me fais traiter de Webbloger !

"D’anciens partenaires de Chausson Finance montent Aelios"

08/09/2004 dans Capital Risque, Entreprendre, Levée de fonds | Commentaires (8)

Extrait d’un article des Echos paru ce jour :

«( …) Les six partenaires qui entouraient le fondateur, Christophe Chausson, viennent de créer leur propre entreprise, baptisée Aelios Finance. Une séparation négociée depuis quelques mois qui aurait fini par se faire à l’amiable.
Le nouveau cabinet regroupe des compétences qui couvrent la plupart des domaines de l’innovation, que ce soit dans les technologies de l’information ou les biotechnologies. Et au-delà : « Nous voulons couvrir toutes les PME innovantes, y compris dans les secteurs traditionnels », explique Alain Lostis, l’un des spécialistes bio-tech d’Aelios. Toutes les entreprises qui peuvent bénéficier d’une injection en capital sont concernées. » Et elles sont nombreuses : une demi-douzaine d’entreprises auraient déjà confié un mandat à Aelios. « Les banques d’affaires classiques sont mal équipées pour satisfaire une clientèle d’entrepreneurs dont c’est souvent la première opération en haut de bilan », assure son nouvel associé Eric Felix-Faure, qui s’occupe du secteur des médias.

(…) Aelios Finance ambitionne de réaliser jusqu’à 20 opérations dès la première année. Cela comprend des fusions et des acquisitions, et même des LBO (rachat à effet de levier) (…) Mais l’essentiel des affaires consistera en levées de fonds. « Le microcosme du capital-risque a recommencé à investir », indique un autre partenaire de la firme, Pascal Mercier. Pour lui, cependant, « il reste à réconcilier entrepreneurs et capital-risqueurs, car la crise de ces dernières années a aussi été une crise de confiance ». Le rôle, précisément, de ces intermédiaires. »

Voila pour l'article et au fait, notre "baseline" est Affectio Societatis. Je reviendrai la-dessus.

"Divorce à l'amiable chez Chausson Finance"

07/09/2004 dans Business Angels, Capital Risque, Entreprendre, Levée de fonds | Commentaires (4)

Extrait d'un article de Capital Finance, Groupe les Echos du lundi 6 septembre 2004 :

" Petite révolution au sein de Chausson Finance. Les six principaux collaborateurs de Christophe Chausson, déjà indépendants dans les faits, quittent leur partenaire pour créer leur propre structure, Aelios Finance. Deux spécialistes des biotechnologies, Jean-Denis Cornillot et Alain Lostis, ainsi que, pour les NTIC, Eric Felix-Faure, Pascal Mercier, Thibaut de Monclin et Jacques-Henry Piot, se retrouvent associés dans la nouvelle partnership. « Il s'agit sans conteste de la forme la mieux adaptée à ce secteur », commente l'un d'entre eux, Pascal Mercier. Avec six mandats d'entreprises dans leur gibecière depuis la création de la société en juin, les associés d'Aelios pensent conclure de 15 à 20 opérations de haut de bilan par an, en levée de fonds mais aussi en fusions-acquisitions et même en LBO..."

Entrepreneurs, venez-nous voir, nous avons la baraka !

Création d'Aelios Finance : c’est aujourd’hui officiel !

06/09/2004 dans Business Angels, Capital Risque, Entreprendre, Levée de fonds | Commentaires (17)

Voici le communique de presse :

Private Equity : création de la société Aelios Finance par six spécialistes de la levée de fonds et des fusions-acquisitions

Paris (France), le 6 septembre 2004

Les entrepreneurs peuvent retenir le nom d’Aelios Finance, une société dont la mission est de les assister dans des processus de levées de fonds, de fusions-acquisitions et de LBO. La société se concentre sur trois secteurs : Technologie-Médias-Télécoms, Santé-Biotechnologies et PME en croissance.

Aelios Finance a été créée par six associés cumulant cinquante années d’expérience dans ce type de mission. Sur les cinq dernières années, dans le cadre de leurs précédentes activités, ils ont réalisé plus de 70 opérations avec succès dont 15 au cours des douze derniers mois.

Pour l’un des entrepreneurs qui a récemment confié un mandat à la société « La force d’Aelios Finance est un mélange rare : un historique de succès remarquable, une compréhension fine des problématiques des petites et moyennes entreprises et un engagement sans faille aux côtés de l’entrepreneur ».

Parallèlement, Aelios Finance capitalise sur une connaissance forte du secteur des investisseurs en capital : investisseurs privés, capital risque, capital développement… Dans ce cadre, Aelios Finance entretient des relations soutenues avec la majeure partie des acteurs européens et américains actifs en France couvrant ainsi toutes les étapes de la vie financière de l’entreprise : création, développement, croissance externe, transmission, cession…

À noter que dès sa création, les principaux prescripteurs d’Aelios Finance sont déjà les fonds d’investissement qui ont confié à ses associés le montage de plusieurs opérations.

L’un des associés d’Aelios Finance précise « Le marché français du Capital Risque et du Capital Développement est remarquable par le nombre et la qualité des équipes de gestion. Ce facteur est une chance pour les entrepreneurs. Néanmoins parmi les centaines de professionnels du secteur, il est difficile de cibler efficacement les interlocuteurs à approcher tout en leur faisant passer le bon message. L’intermédiation devient clé ».

Le pourcentage d’opérations intermédiées par des professionnels de la levée de fonds et des fusions-acquisitions est en forte croissance. Cette tendance de fond tend à démontrer la maturité de l’univers du Private Equity français.

Forte de la qualité des mandats en cours, de sa connaissance du marché et de sa proximité avec l’univers des entrepreneurs, Aelios Finance à l’ambition de devenir l’acteur de référence du secteur.


********

Contact :

Aelios Finance
1, boulevard Malesherbes
75008 Paris
Tel : 01 43 12 32 12
Fax : 01 43 12 32 22


********

P.S. : le site web est en fin de construction, je fais une note dès qu'il est en ligne.
P.P.S. : ce communiqué est envoyé aujourd'hui par mail à tous nos amis venture capitalists, entrepreneurs etc.

Pourquoi utiliser les services d’un leveur de fonds - suite

04/09/2004 dans Capital Risque, Entreprendre, Levée de fonds | Commentaires (9)

Pourquoi ? Car le marché français du Capital Risque et du Capital Développement est remarquable par le nombre et la qualité des équipes de gestion. Ce facteur est une chance pour les entrepreneurs. Cependant parmi les centaines de professionnels du secteur, il est difficile de cibler efficacement les interlocuteurs à approcher tout en leur faisant passer le bon message.
L’intermédiation devient un élément clé.

À ce sujet, dans peu de temps, je communique les coordonnées de la société que mes associés et moi venons de créer !

Derniers jours dans les locaux de Chausson Finance

16/07/2004 dans Capital Risque, Entreprendre, Levée de fonds | Commentaires (33)

Pour ceux qui ne le savaient pas, ma société n'est plus partenaire de Chausson Finance depuis plusieurs semaines maintenant. J’ai créé avec des associés une nouvelle société, une nouvelle marque. Nous communiquerons sur le sujet prochainement mais en attendant, vos questions et messages d’encouragement sont les bienvenus !

Boonty : Extrait d’un article de Capital Finance – Les Echos

05/07/2004 dans Capital Risque, Entreprendre, Levée de fonds | Commentaires (8)

" Boonty trouve le filon

Trois mois après son premier tour de 2 MEuro(s) ( cf. n° 704), le distributeur de jeux en téléchargement Boonty clôt un deuxième tour de 750 000 Euro(s). La somme a été apportée pour les deux tiers par Entrepreneur Ventures (Frédéric Zablocki) et pour le reste par OTC AM (Jean-Marc Palhon), qui avait conduit le tour précédent. Les deux tours ont été conseillés par Pascal Mercier …"

Entrepreneurs IT, je vous le dis à nouveau, c’est un bon moment pour lever des fonds, un très bon moment même.

Après une levée de fonds de 2 millions d’euros début 2004, Boonty lève à nouveau 750 000 euros et accueille le fonds Entrepreneur Venture à son capital

02/07/2004 dans Capital Risque, Entreprendre, Games, Levée de fonds | Commentaires (2)

Hé hop ! Trois mois après une première levée de fonds institutionnelle, Boonty lève à nouveau des fonds pour faire face à son succès. Voici un extrait du communiqué de presse :

*********************************

Paris (France), le 30 juin 2004

Après une levée de fonds de 2 millions d’euros début 2004, Boonty lève à nouveau 750 000 euros et accueille le fonds Entrepreneur Venture à son capital

Boonty a développé une plate-forme technologique de téléchargement de jeux vidéo payants destinée aux grands portails et fournisseurs d’accès Internet. Cette plateforme comprend des fonctionnalités de gestion et un contenu de jeux uniques sur le marché. La plate-forme, livrable clé en main et en marque blanche aux grands portails Internet, a déjà séduit plusieurs dizaines de partenaires de premier plan dont T-Online, Yahoo! Europe, Wanadoo Club-Internet, Tiscali Europe, Noos, Eresmas et sur ces dernières semaines AOLFrance, MSNFrance, 01Net etc.…

« La demande est encore plus forte que nous le pensions » annonce Mathieu Nouzareth, Président et co-fondateur de Boonty avec son frère Romain, « nous sommes largement au-dessus de notre budget en termes de résultats et de nouveaux clients à installer. Sur les trois derniers mois, pas moins de vingt nouveaux portails ou FAI européens ont été conquis pour une mise en production d’ici à la fin de l’été ».

Face à un succès total, Boonty avait besoin de moyens supplémentaires pour répondre à la demande du marché. OTC Asset Management, l’investisseur leader du tour monté en mars dernier et représenté par Jean-Marc Palhon, a immédiatement répondu présent pour investir à nouveau. Le nouvel investisseur invité au capital de la société est le fonds Entrepreneur Venture qui apporte plus de 500 000 euros sur les 750 000 euros du tour. Frédéric Zablocki, Partner d’Entrepreneur Venture annonce « Nous sommes persuadés que Boonty sera aussi une "success story" hors de l’Europe, or notre fonds a aussi la vocation d’aider des sociétés comme Boonty à l’international, ».

Boonty bénéficie dès à présent d’une position de leader sur le marché du téléchargement de jeux vidéo payants, marché qui dépassera le milliard d’euros d’ici quatre ans selon des études publiées récemment par les cabinets IDC et Jupiter.

*********************************

Au fait, j'avais oublié, grace à Boonty vous pouvez aussi jouer sur 01.net maintenant.

Levée de fonds : pourquoi utiliser les services d’un leveur de fonds d’après les fonds de capital-risque

30/06/2004 dans Capital Risque, Entreprendre, Levée de fonds | Commentaires (12)

La semaine dernière, j’ai été invité comme intervenant à une conférence sur le capital-risque organisée par le Benchmark Group (maison-mère du Journal du Net). Je faisais partie d’un panel composé d’investisseurs en capital-risque (Sofinnova, Seeft venture, Innovacom, Axa Private Equity, ETF Group, Auriga Partners), j’étais le seul leveur de fonds. La salle était essentiellement composée d’entrepreneurs qui venaient se cultiver sur le sujet.
Question de l’animateur de la conférence aux fonds de capital-risque : « Combien de dossiers recevez-vous et combien sont sélectionnés ? » Réponse médiane des fonds : « Sur 1000 dossiers reçus par an, nous faisons 5 investissements ».

0,5% …C’est la vérité.

Question d’un entrepreneur : « 5 pour mille ! Comment faire pour avoir la chance de faire partie des élus ? »
Réponse du panel d’investisseurs : « Un bon moyen: utiliser les services d’un leveur de fonds ».
Merci ! C’est vrai, pour mon cas et celui de certains bons leveurs, les élus ne représentent pas 0,5% mais pas très loin de 90%. Entrepreneurs, laissez un commentaire sur ce blog si vous voulez en savoir plus, je vous repondrai.
Au fait, annonce d'un nouveau closing demain ou après demain au plus-tard.

Une term-sheet d’une page et demie, incroyable !

07/06/2004 dans Capital Risque, Levée de fonds | Commentaires (4)

Bon, cette note est un peu pour les personnes qui gravitent autour du capital-risque alors j’explique : une term-sheet est le nom que l’on donne au document qu’un investisseur communique à une société quand il veut investir dans la société.
Une term-sheet résume les conditions de l’investissement et, depuis ces quelques années de crise, une term-sheet pouvait faire des dizaines de pages tant les investisseurs étaient devenus prudents, pour ne pas dire inquiets. Les term-sheets étaient presque devenues aussi complètes qu’un pacte d’actionnaires + un protocole d’investissement + un bout de garantie de passif, mais au final, on refaisait presque tout.

Aujourd’hui, je reçois pour un de mes clients une term-sheet d’une page et demie dont la moitié est en fait constituée de formules d’introduction et de politesse et en plus, elle provient d’un fonds d’investissement à cheval sur les procédures juridiques.
C’est un signe.
Je le répète à nouveau aux entrepreneurs, c’est le moment de lever des fonds.

Qu'est ce qu'une levée de fonds et un leveur de fonds ?

12/05/2004 dans Business Angels, Capital Risque, Entreprendre, Levée de fonds | Commentaires (6)

J’explique dans ce qui suit mon métier, celui de leveur de fonds :

Qu'est ce qu'une levée de fonds ?

L’objectif d’une levée de fonds est d’obtenir les capitaux qui permettront de financer et d’accélérer la croissance de votre entreprise.

Selon la typologie de votre entreprise et son stade de maturité, les capitaux sont apportés par des fonds de capital-risque, des fonds de capital développement ou par des Business Angels dont le but est d’acquérir une position capitalistique minoritaire.

Une levée de fonds réussie s’appuie sur une méthodologie alliant analyse stratégique, marketing financier, compréhension des problématiques du monde de l'entreprise et connaissance fine du secteur des investisseurs.

Quels sont les bénéfices apportés par un leveur de fonds professionnel ?

Un leveur de fonds professionnel doit cumuler plusieurs années d’expérience d’opérations de levée de fonds dont la majorité ont eu lieu après l’explosion de la récente bulle financière. C’est mon cas ;-). Fort de ce type d’expérience, un leveur de fonds professionnel propose aux entrepreneurs des bénéfices patents.
Au-delà de l’augmentation démontrée des chances succès, un leveur de fonds délivre à ses clients des bénéfices clairs :

- Réduire les délais : la diminution du temps nécessaire à la réalisation de l’opération.

- Optimiser l'appel aux ressources de l'entreprise : la diminution de ressources que les hommes clés de votre entreprise devront consacrer à la levée de fonds.

- Identifier l'investisseur optimal : la sélection d’investisseurs qui seront les plus à même d’apporter de la valeur à l’entreprise.

- Améliorer les conditions de l'opération : l’optimisation des conditions financières et juridiques de l’entrée des investisseurs.

Le professionnalisme du leveur doit être reconnu par le marché. Un exemple, plus de la moitié des dossiers opérés par un leveur reconnu sont prescrits par des investisseurs institutionnels.

Quelles sont les grandes étapes d'une levée de fonds ?

L’intervention d’un leveur de fonds dans une opération de levée de fonds consiste en la gestion d’un processus de plusieurs étapes clés :

- Analyse de l'entreprise : l’analyse du métier de l’entreprise, de son positionnement, de son environnement et des éléments qui constituent sa valeur stratégique

- Préparation de la documentation : la production des documents de présentation (mémorandum d’investissement, éléments financiers, diapositives) et la mise en place d’une data room (éléments d’audit).

- Sélection des investisseurs cibles : la sélection des investisseurs à approcher et la définition de la stratégie de rendez-vous de présentation.

- Road Show : cette phase correspond à l’organisation et le suivi des présentations aux investisseurs ainsi que le traitement des objections.

- Structuration & négociation de l'opération : l’identification des investisseurs à sélectionner pour l’opération et les négociations des conditions du tour de table.

- Pre closing :phase de coordination de tous les auditeurs et conseils impliqués et finalisations des négociations.

- Closing : phase de finalisation de l’opération et versement effectif des fonds.

L’implication du leveur de fonds pour chacune de ces étapes doit être totale, on peut parler d’ Affectio Societatis.

***

Pour plus d'information sur l'actualité du sujet, vous pouvez aussi lire cette récente note et, si vous avez des questions concernant le sujet de la levée de fonds, j’y répondrai avec grand plaisir.

Il y a trois ans

27/04/2004 dans Capital Risque, Levée de fonds | Commentaires (4)

Il y a trois ans, c’était l’enfer, et l’enfer a duré trois ans. L’enfer pour nous, l’industrie du capital-risque (entrepreneurs, capital-risqueurs, intermédiaires, etc.).
Dans mon métier, celui de la levée de fonds, c’est simple : en 2000 nous étions une centaine d’individus (sur Paris), je crois que nous sommes une petite vingtaine aujourd’hui. Plus de 80% de casse…

Les choses vont mieux maintenant, en tout cas pour les entrepreneurs, c’est ce que je disais récemment ici, sur cette note.

On m’a fait relire un court entretien que j’ai donné, il y a trois ans, en 2001, au Journal du Net (que je salue au passage). Je n’étais pas optimiste par rapport aux autres personnes qui ont répondu aux JDN aux mêmes questions (et je ne me suis malheureusement pas trompé). Par contre je terminais l’entretien en disant « Le Web me fait il toujours rêver ? Oui, car je n'ai aucune idée des nouvelles utilisations, professionnelles ou personnelles que j'en ferai demain. »

Par exemple, je ne savais pas qu’un jour, on allait pouvoir blogguer.

Vous voyez quoi, vous, les optimistes comme moi aujourd’hui, comme futures utilisations du Web ?

Entrepreneurs IT, média, biotech, c’est à nouveau le moment de lever des fonds

26/04/2004 dans Capital Risque, Entreprendre, Levée de fonds | Commentaires (18)

Ah bon ? Pourquoi ? Et bien pour plusieurs raisons. Je décris partiellement celles-ci plus bas en m’appuyant sur ma connaissance du secteur du capital-risque & capital investissement. Rappel, mon métier est celui de leveur de fonds (pour plus d’Infos, cliquez plus bas à gauche sur A propos de l’auteur).

Je m’explique :

Entre fin 2000 et 2003, trop d’investisseurs ont commis l’erreur de dire qu’ils n’investissaient presque plus et que les secteurs de l’IT et des médias étaient sinistrés. Parallèlement, trop d’investisseurs ont imposé des conditions trop dures aux entrepreneurs dans des tours de refinancement. Résultats, le message est malheureusement très bien passé : les entrepreneurs se sont faits plus rares et ceux qui tentaient tout de même l’aventure préféraient souvent se passer de capital-risque et privilégiaient une croissance faible.

Le rapport de force est en train de basculer, car oui, il y avait ces trois dernières années un rapport de force injuste, au détriment des entrepreneurs. Le marché était un buyers market et les investisseurs faisaient la loi.

Que se passe-t-il aujourd’hui ? Plein de bonnes choses pour les entrepreneurs. Avec un bon projet, et de bons conseils (d’un leveur de fonds comme moi, au hasard ;-), il est possible de faire rentrer à son capital des investisseurs dans de bonnes conditions. L’affectio societatis est de retour pour le plus grand bien de l’industrie du capital-risque et de la création d’entreprises.

Si vous êtes un entrepreneur et si vous avez l’idée de lever des capitaux, go for it !

Boonty dans Capital Finance - Les Echos

29/03/2004 dans Capital Risque, Entreprendre, Levée de fonds | Commentaires (8)

Voici l'article paru ce jour dans Capital Finance, une lettre spécialisée du groupe les Echos et "la bible" des professionels du private equity :

Boonty réunit 2 M€

« C'est le dossier le plus rapidement bouclé depuis quatre ans ! » Pascal Mercier, de Chausson Finance, n'en revient pas : « Boonty touche pourtant des segments peu prisés par les VC's : Internet, commerce électronique et jeux vidéo. » Mais cela n'a pas dissuadé OTC AM de miser 1,5 M€, dans un premier tour de 2 M€, complété par Blue Insider, le fonds de Chausson Finance, et par des business angels, dont Philippe Mondan (ancien directeur général de la Fnac), Jean-Louis Richard (ex-KPMG France) et Laurent Maréchaux (ex-Bozell). Créé en 2001 à Paris par Mathieu et Romain Nouzareth, Boonty a mis au point une plate-forme propriétaire qui propose des jeux en téléchargement via des portails Internet en Europe. La trentaine d'éditeurs référencés, dont Ubi Soft, Atari/Infogrames et Acclaim, ont pu ainsi toucher l'an dernier des clients hors de leur cible habituelle : « Il s'agit de joueurs occasionnels, dont 44 % de femmes », explique le P-dg Mathieu Nouzareth.
Le chiffre d'affaires de Boonty, de l'ordre de quelques millions d'euros, n'est pas public. Mais « nous visons l'équilibre dès cette année », poursuit-il. Grâce à cette levée de fonds, Boonty - doté d'une vingtaine de salariés - veut rivaliser avec Real Arcade, la plate-forme de distribution en ligne de jeux de Real Networks.
***
Deal Boonty:
OTC Asset Management : Jean-Marc Palhon
Chausson Finance/Blue Insider : Pascal Mercier
Conseils juridiques : investisseur : Gide Loyrette Nouel (Pierre Karpik) ; société : Bird & Bird (Marc Baffreau, Claire Benier)

Merci à Jean Rognetta, l'auteur de l'article, et à toute l'équipe de Capital Finance pour la qualité de leurs articles.

Levée de fonds de 2 millions d’Euros pour Boonty

23/03/2004 dans Business Angels, Capital Risque, Entreprendre, Levée de fonds | Commentaires (4)

C'est officiel ! Voici le communiqué de presse :

COMMUNIQUE DE PRESSE. Pour diffusion à partir du 22 Mars 2004

Premier tour de table institutionnel de 2 millions d’Euros pour Boonty, le leader européen du téléchargement de jeux sur Internet

Paris (France), le 22 Mars 2004

La société Boonty (www.boonty.com) vient de clôturer un premier tour de table institutionnel de 2 millions d’Euros auprès d’investisseurs privés et du fonds OTC Asset Management.

Créée en 2001, Boonty a développé une plate-forme technologique de téléchargement de jeux vidéo payants, comprenant des fonctionnalités de gestion et un contenu de jeux uniques sur le marché, destinée aux grands portails Internet.

Pour Jean-Marc Palhon, Directeur Général d’OTC Asset Management et investisseur chef de file de l’opération avec 1,5 millions d’euros investis, « J’ai été sensible aux volumes de revenus générés par Boonty et par leur constante progression. La rapidité et la qualité d’exécution pour la mise en ligne de la plate-forme Boonty chez les plus grands portails européens ont achevé de me convaincre. Il ne m’a pas fallu plus de quelques semaines pour me persuader de réaliser l’investissement. »

En effet, la plate-forme, livrable clé en main et en marque blanche aux grands portails Internet, a déjà séduit plusieurs dizaines de partenaires de premier plan dont Wanadoo, T-Online, Yahoo! Europe, Club-Internet, Tiscali Europe, Telecom Italia, Noos, Virgin, Eresmas, … Un tel succès s’explique facilement : pour la majorité des portails partenaires de Boonty, l’offre de jeux en téléchargement est immédiatement devenu la plus importante source de revenus de services payants.

" Cette levée de capitaux nous permettra de consolider notre expansion internationale", précise Mathieu Nouzareth, le Président et co-fondateur de Boonty. Son frère Romain Nouzareth, l’autre fondateur et le Directeur Général de la société ajoute, " nous sommes présents aujourd’hui sur les plus gros pays de la zone Euro, nous allons maintenant pouvoir servir les autres marchés qui nous sollicitent".

Parallèlement, la société qui possède déjà près de deux cents jeux à son catalogue provenant d’éditeurs comme Atari (Infogrames), Ubisoft, Acclaim, Wild Tangent…, va pouvoir développer de nouveaux partenariats pour proposer à court terme plus de cinq cents titres.

Pour Pascal Mercier, qui a opéré la levée de fonds en association avec Chausson Finance, « La qualité d’exécution de l’équipe, la qualité de l’offre et la validité du modèle économique de la société étaient pour moi établies. Il restait alors à convaincre des investisseurs de donner à Boonty d’avantage de moyens pour son développement. C’est aujourd’hui chose faite». Il ajoute. « Cette levée de fonds qui s’est réalisée dans des conditions exceptionnelles montre un retour en grâce des modèles Internet et du E-commerce au sein de la communauté des investisseurs ».

Boonty bénéficie dès à présent d’une position de leader sur le marché du téléchargement de jeux vidéo payants, marché qui dépassera le milliard d’euros d’ici quatre ans selon des études publiées récemment par les cabinets IDC et Jupiter.

Ma Photo

juillet 2014

lun. mar. mer. jeu. ven. sam. dim.
  1 2 3 4 5 6
7 8 9 10 11 12 13
14 15 16 17 18 19 20
21 22 23 24 25 26 27
28 29 30 31