Langues vivantes : l’éducation nationale bloquée dans les années 60-70 ?

Explication : je commence à me renseigner sur des collèges pour mon aîné qui passera en 6e en septembre 2006. Il est aujourd’hui dans le peloton de tête d’une bonne classe et on m’explique que si je veux qu’il soit toujours dans une bonne classe, il doit faire de l’allemand en première langue ! Faire de l’allemand ? mais pourquoi faire ? C’est ridicule. Si on doit privilégier une langue, ce doit être l’anglais, point-à-la-ligne. On parle l’anglais avec des allemands, mais aussi avec des hollandais, des suédois, des espagnols, des italiens, avec tout le monde, et bien sur avec des anglais et des américains. C’est pourtant simple. Alors pourquoi ne pas avoir de bonnes classes avec anglais première langue ?
La construction franco-allemande c’était dans les années 60 et 70. Quelqu’un peut-il faire passer le message à l’éducation nationale ?

juin 3, 2005 dans France | Lien Permanent | Commentaires (25) | TrackBack

Êtes-vous contre … ?

Je le vois souvent en négociation ou en conseil d’administration : pour faire passer quelques choses (en France), il vaut mieux décrire ce que l’on souhaite puis dire « êtes-vous contre ? ». Et comme le « non » est une réponse presque normale en France, on arrive à avancer… ;-).

mai 29, 2005 dans France | Lien Permanent | Commentaires (7) | TrackBack

Claviers français et signe €

Quelqu’un peut-il me dire pourquoi, sur un clavier français azerty, on peut écrire directement le signe $ (une touche suffit, c'est simple), alors qu’il faut utiliser deux touches pour écrire le signe € ?

mai 25, 2005 dans France | Lien Permanent | Commentaires (20) | TrackBack

Les consultants américains aiment les flemmards français

Déjeuné rigolo avec un haut responsable d’un grand cabinet de conseils en stratégie américain (non, je ne dirai pas lequel). A ma question « quel est le profil type de tes clients les plus rentables ? », sa réponse a été : « les grands groupes publics surtout, mais aussi quelques groupes privés, là où on n’aime pas trop travailler… ».

mai 23, 2005 dans France | Lien Permanent | Commentaires (7) | TrackBack

Un article du Monde : en France, on n’aide pas assez les jeunes sociétés innovantes

L’article complet est ici : "Pourquoi la France est incapable de créer un Microsoft". Voici un extrait significatif :

« Les grands groupes freinent plus qu'ils n'aident le développement des petites sociétés technologiques. Ces dernières éprouvent les pires difficultés pour convaincre les acheteurs de grandes entreprises françaises de leur faire confiance. Nombreuses sont celles qui n'ont pu décrocher leur premier contrat dans l'Hexagone qu'après avoir fait leurs preuves de l'autre côté de l'Atlantique, voire en Asie.
Aux Etats-Unis, la loi du Small Business Act, qui impose aux administrations de confier 23 % de leurs achats à des PME, a fait tâche d'huile auprès de tous les acteurs économiques. En outre, les subventions publiques sont, elles aussi, concentrées sur les grands groupes… »

Je le confirme, des grands-groupes français (dont certains sont très « proches » de l’Etat) sont presque, des « tueurs » de startups françaises. J’ai des exemples, des exemples honteux. En attendant, je privilégie plutôt les dossiers dont le succès ne passe pas par des partenariats avec des grands-groupes français. C’est dommage, vraiment dommage.
Tiens, je propose la création d’un Médiateur des startups françaises, un interlocuteur unique à qui l’on pourrait tout dire à ce sujet. Avez-vous d’autres idées sur le sujet ? je suis preneur. Il faut que cela change.

mai 14, 2005 dans France | Lien Permanent | Commentaires (24) | TrackBack

Le musée Pinault fuit l’administration française

Et fuit Boulogne.
Un article de Libération ici.

L’administration française n’a eu aucun respect pour François Pinault et son projet de musée, il leur rend la pareille. Il est libre. Une des plus belle collection d’art contemporain qui devait avoir son musée à Boulogne-Billancourt, en France, ira s’installer à Venise, en Italie, là où les procédures administratives sont très probablement moins chiantes (pardon pour ce mot).
Je comprends François Pinault, qui a 69 ans, qui devait se dire que, à ce rythme, il allait inaugurer le musée dans son cercueil.

mai 10, 2005 dans Boulogne Nord, France | Lien Permanent | Commentaires (14) | TrackBack

Ils vont tout gâcher, encore une fois ?

Vous-vous rappelez de l’histoire de la Coupe America qui devait avoir lieu à Marseille ? Et bien une grève des éboueurs a probablement été le facteur de trop en faveur de Valence. Marseille n’aura pas la Coupe et ses centaines de millions d’euros de retombées économiques iront en Espagne.
Les syndicats CGT et FO appellent à une grande grève qui va paralyser Paris le 10 mars soit le jour où l’équipe du CIO (Comité International Olympique) vient à Paris pour retenir ou non notre candidature… Les milieux sportifs demandent que cette grève soit remise à un autre jour, comme la CFDT à qui je rends hommage (vive le droit de grève, mais surtout vive les gens qui savent prendre leurs responsabilités).
FO et la CGT excluent un report. Mais pourquoi ? Ils le font exprès ou quoi ?

février 24, 2005 dans France | Lien Permanent | Commentaires (17) | TrackBack

Résumé par le magazine l’Hémicycle du petit-déjeuner avec François d’Aubert, Ministre délégué à la Recherche

Tout est la, bonne lecture.

février 19, 2005 dans France | Lien Permanent | Commentaires (0) | TrackBack

UK

Je suis à Londres demain lundi. Petit rappel : il y a 50 000 business angels en Angleterre, il y en a 10 fois moins en France...

janvier 23, 2005 dans Business Angels, France | Lien Permanent | Commentaires (12) | TrackBack

Toujours les mêmes…

Les terroristes économiques sont de retour.
Raz le bol des grèves de la fonction publique, raz le bol, vraiment.

janvier 17, 2005 dans France | Lien Permanent | Commentaires (25) | TrackBack

Je dépose un préavis de travail pour janvier

Le journal de LCI annonce ce soir que la rentrée 2005 sera marquée par des mouvements de grève de nombreuses sociétés du secteur privé…
Je rigole bien sur, je veux dire secteur public !
Dans l’ordre, voici les quatre mouvements annoncés pour janvier :
- La Poste
- SNCF
- Fonctionnaires (en général)
- Éducation nationale
Je dois travailler, alors je vais déposer un préavis de travail. On fait ça où ?

décembre 22, 2004 dans France | Lien Permanent | Commentaires (23) | TrackBack

Des sociétés injoignables aujourd’hui à cause de Martine

J’ai essayé de joindre une jeune entreprise aujourd’hui, une start-up, et je suis tombé sur un message vocal comme suit : « En liaison avec les lois Aubry sur les 35 heures, nos bureaux seront fermés aujourd’hui vendredi 12 novembre… » sous-entendu « On voudrait bien travailler, mais Martine nous l’interdit ».
Bon, en relations avec cela, les news de ce matin annoncent que la France est devenue surdouée pour faire de la croissance sans créer d’emplois. Étonnant non ?

novembre 12, 2004 dans France | Lien Permanent | Commentaires (11) | TrackBack

Message aux LP’s : il faut aussi financer des premiers fonds

Rappel : un LP, ou Limited Partner, gère un fonds de fonds. Il est celui qui investit dans un fonds de capital-risque. Je parlais de LP’s aussi dans cette note.
Premier fonds ? Et bien quand on crée une société de capital-risque, qui est une société de gestion, il faut ensuite lever un fonds. Ce travail a été fait il y a fort longtemps par les acteurs historiques du métier en France ; les Sofinnova, Auriga, Banexi, Galileo, Atlas, Innovacom, Partech etc… C’était lors du siècle dernier. Ces acteurs, forts de leurs bons résultats, en sont maintenant au fonds deux, trois, quatre ou même cinq et six. Ils lèvent un nouveau fonds en moyenne tous les trois ans.
Mais voilà : pour une nouvelle société de gestion, il n’y a pas d’issue aujourd’hui. Il est impossible (ou presque) de lever un fonds. Pourquoi ? Et bien parce qu’elle est nouvelle justement et qu’elle n’a pas d’historique et le critère de sélection des LP’s est la performance passée : pas de passé, pas de performance à étudier, pas de deal, point à la ligne. C’est aussi simple que cela. Avec ce système, les sociétés de gestion non-performantes ne pourront plus lever et disparaîtront, ce qui est normal, mais il n’y aura pas de relève, ce qui est une aberration non ?
Bon, je sais, il y a les FCPI (ici, pas de LP’s ; les souscripteurs sont des privés comme vous et moi à la recherche de bons placements doublés d’un avantage fiscal), mais le succès des FCPI est donc basé (aussi) sur un avantage fiscal donc sur une décision politique. Et avec les politiques…
Ma proposition aux LP’s : Allouez 10% de vos investissements Venture aux premiers fonds, 10% seulement. Ces 10% permettraient de voir de nouvelles sociétés de gestion naîtrent et, c’est certain, il y aura des perles parmi elles. J’espère me faire entendre car, comme des dizaines de milliers de français, j’aime l’écho-systeme du capital-risque, je crois en sa mission économique, et même plus, et je souhaite qu’il soit encore plus fort demain.

novembre 7, 2004 dans Capital Risque, France, Levée de fonds | Lien Permanent | Commentaires (13) | TrackBack

Pour l'entreprenariat, l’ISF est décidément une vaste bêtise

L’ISF a été mis en place par nos politiciens de gauche, par idéologie, mais c’est la droite qui a renforcé ses effets alors que personne n’avait rien demandé (si, c’est Juppé qui a fait coup). L’ISF est, je crois, le seul impôt au monde qui demande à quelqu’un de payer un impôt sur des sommes qui ont déjà été assujetties à l’impôt… Mais, bref, ce n’est pas cela que je dire. Ce que je veux dire est que cet impôt à des répercutions indirectes catastrophiques pour les entrepreneurs.

En recoupant les quelques articles que j’ai lus sur le sujet sur les derniers mois (et, indispensable, voir le blog de Philippe Laferriere), on peut estimer que près de vingt milles personnes fortunées ont fait le choix de quitter la France à cause de l’ISF. Le premier résultat, mais ça tout le monde le sait, est que cet impôt fait perdre de l’argent au budget de la France (ce n’est pas génial ça, un impôt qui vide les caisses de l’Etat ? Il faut le faire non ?). L’autre résultat est que cet impôt est une machine à faire fuir hors de France des milliers de business angels.

En France, on estime que le nombre de business angels est de 5 000 personnes seulement (contre 50 000 en Grande Bretagne) et je fais partie de ceux qui pensent que si l’ISF n’existait pas, ce chiffre doublerait avec ceux qui reviendraient en France et même triplerait avec ceux qui, résidants en France, pourraient investir dans des start-up plutôt que de faire des chèques qui ne rapportent rien au fisc.

15 000 business angels : voilà le but que l’on peut se donner. Ils permettraient de mettre en selle chaque année des centaines d’entreprises prometteuses et permettraient aux fonds de capital-risque ou développement de prendre le relais dans de bonnes conditions.

Au fait, quand on parle en tête à tête du sujet à des politiciens de droite comme de gauche (si, si, même chez ces derniers), ils sont d’accords pour dire que l’ISF n’est pas un truc très malin. Mais devant les micros, à part Sarkozy et quelques rares autres, c’est langue de bois ou idéologie à deux euro-balles. Quel gâchis.

octobre 24, 2004 dans Business Angels, France | Lien Permanent | Commentaires (13) | TrackBack

« Depuis trois, rien n’a été fait pour les entreprises »

Ce n’est pas moi qui le dit, c’est Ernest-Antoine Seillière et ceci en conclusion de l’université d’été du Medef. Je suis presque d’accord mais je retiens quand même que Renaud Dutreil a essayé de faire des choses lorsqu’il était secrétaire d'Etat aux PME mais depuis, il a été « muté ».
À quand un gouvernement qui aime vraiment les entrepreneurs ?

On devrait dire "calendes françaises" non ?

août 30, 2004 dans Entreprendre, France | Lien Permanent | Commentaires (15) | TrackBack

Ha, le défilé du 14 juillet

Notre défilé du 14 juillet est un peu trop unique. Avant, nous avions de la concurrence, mais c’était du temps ou la Russie s’appelait l’Union Soviétique (je crois que la Libye et Cuba ont toujours des défilés militaires, mais c’est presque tout).

Pour ou contre le défilé - militaire - du 14 juillet ? Je suis plutôt pour, mais je ne suis pas très à l’aise avec le format actuel; il fait un tout petit peu « dictature », non ?
Ce que je propose : remplacer le défilé (militaire) par un "défilé-parade", un peu comme le font les new-yorkais dans le Broadway's "Canyon of Heroes" (je n’ai pas dit les américains, j’ai dit les new-yorkais et ce n’est pas pareil).

L’idée, faire défiler tout les « héros » de la nation : des militaires ou pompiers bien sur mais aussi, par exemple, des sportifs : équipe de France de rugby, de tennis, de foot, de volley, l’écurie de F1 Renault, l’équipe rallye de Citroën, les escrimeurs, les grands de l’athlétisme, de la voile comme Kersauson et son team…. On aurait aussi des artistes, les grands du cinéma, de la musique, des spationautes, des scientifiques de renom, les champions de l’aide humanitaire etc..

On aurait tous ceux qui nous font rêver ou qui font rêver nos enfants et pour l’ambiance, on distribuerait des tonnes de confettis aux spectateurs…
Qui feriez-vous défiler vous ?

juillet 14, 2004 dans France | Lien Permanent | Commentaires (13) | TrackBack

Réchauffement de la Planète et Croissance Mondiale : pourquoi la France est un pays unique

Pourquoi ? Et bien c’est simple : la croissance mondiale est excellente mais la croissance française est presque nulle (comme d'hab). Et on se les gèle en juillet…
Que faire...?

juillet 11, 2004 dans France | Lien Permanent | Commentaires (6) | TrackBack

Le Shopping le Dimanche…

Dimanche j’ai eu l’énormissime joie de recevoir ma filleule pour la journée. Elle s’appelle Clara, elle est née et habite New York, elle vient d’avoir le prix d’excellence (ça existe toujours au Lycée Français de New York) et c’était son anniversaire alors gros cadeau mérité. Et bien, l’enfer. Pas une boutique de correcte ouverte pour son age (elle fête ses douze ans). Rien à Boulogne, rien rue de Passy et sur les Champs Elysées, seuls les pièges à touristes étaient ouverts. Au bout de quelques heures, la pluie aidant, nous sommes rentrés et… nous avons fait du shopping sur Internet. Tout était ouvert - et son cadeau sera livré directement chez elle à New York (mais aucun magasin français n’a gagné de l’argent sur cette commande…).
La France est un pays dont l’économie est largement assise sur le tourisme et sur les services or presque rien ne fonctionne le dimanche. Êtes-vous pour ou contre un assouplissement des règles d’ouverture le dimanche ?

juillet 6, 2004 dans France | Lien Permanent | Commentaires (23) | TrackBack

Ronds-points et très haut débit

(version 2 de cette note, voir les commentaires).
J’ai dit dans cette précédente note que je parlerai de ce sujet et comme mise en bouche, je vous propose de reprendre le commentaire posté par JY « A Nantes, on n'a pas le très haut débit, mais alors qu'est-ce qu'on a comme ronds-points (même des doubles!) :-) »

Flash back : lors du dîner que j’ai eu dernièrement avec Jean-Michel Billaut, il nous a reparlé du projet Pau Broadband, un projet fabuleux : un réseau en fibre optique pour pouvoir offrir 100 mégabits/s à tous (soit un réseau 200 fois plus rapide qu’une ligne ADSL). Coûts : environ 30 millions d’euros pour connecter à terme 80 000 foyers. Ces coûts ont été pris en charges par la ville, la région, l’Europe etc...

30 millions d’euros, c’est cher ? Et bien oui, c’est une sacrée somme. Mais il faut la comparer aux autres investissements que font nos élus, alors voilà : le projet Pau Broadband a coûté le prix d’environ quinze beaux ronds-points (en fait, sur la première version de cette note, je disais quatre ronds-points. Quelqu'un a-t-il des sources pour le prix d'un beau rond-point ?).

Ça fait mal, n’est-ce pas ?
Et JY, j’espère que tu es content des ronds-points de Nantes:-).
J'ajoute, là, dans la V2 de cette note, que les ronds-points, ça sauvent des vies.

Ce que je propose : une fois que notre beau pays aura fini de construire des ronds-points (maintenant ?), que l’on prenne les sous pour s’offrir le plus beau réseau du monde. On peut le faire.

juin 20, 2004 dans France | Lien Permanent | Commentaires (23) | TrackBack

Bloqué dans un ascenseur par un groupe de terroristes nommé CGT

Un de mes clients est resté bloqué dans l’ascenseur de l’immeuble de mes bureaux suite à une coupure d’électricité de tout le quartier et ça a duré un bon bout de temps.
Bon je ne vous parle pas des autres incidents survenus dans le quartier dus à cet acte débile (ils ont même coupé l’alimentation des feux rouges…).
Pourquoi font-ils cela ? Pour conserver les milliards du comité d’entreprise de l’EDF à mon avis et pas pour le service public dont ils se fichent royalement (comme chacun sait, plus il y a de CGT dans une entreprise, plus il y a des grèves et moins le service marche).
Ce que fait la CGT est assimilable à du chantage. Ils montrent qu’ils ont un pouvoir de nuisance (comme tout nuisible:-) et leurs méthodes ne sont franchement pas si éloignées de celles de terroristes.
Tiens, j’en enverrais bien quelques-uns à Guantanamo des CGTistes.

juin 16, 2004 dans France | Lien Permanent | Commentaires (22) | TrackBack

Élections européennes

La droite a gagné en Europe, mais bon, pour François Hollande, il a gagné, car il a gagné en France.
Ce n’est pas se foutre de l’Europe ça ?

P.S : Si le scénario avait été l’inverse, ceux d'en face auraient très probablement dit la même chose, alors je le répète volontiers : ce n’est pas se foutre de l’Europe ça ?

juin 14, 2004 dans France | Lien Permanent | Commentaires (2) | TrackBack

Un "new deal" pour la France ?

Voici la dernière note du blog de Jean-Michel Billaut. Je la reprends, elle vaut vraiment le coup d'être diffusée :

"(éditorial à paraître dans le Bulletin de l'Ardesi Midi-Pyrénées)

En 1933, le Président Franklin D. Roosevelt a désembourbé l’économie américaine de la grande crise de 1929 avec son « New Deal », comprenant notamment un important volet de mise en œuvre d’infrastructures nouvelles sur financements publics : réseau électrique dans les campagnes, autoroutes inter-états, etc… Il appliquait en fait les théories de l’économiste anglais Keynes et son multiplicateur… Les agriculteurs, effectivement, se sont équipés d’appareils électroménagers, l’industrie automobile s’est développée, etc…

Nous devrions réfléchir à un new deal français,… non pas pour refaire un réseau électrique, ou un réseau autoroutier, mais un réseau de télécommunications moderne à base de fibres optiques, permettant à tout un chacun de disposer du TRES haut débit (100 mégabits et plus) à la maison comme sur les lieux de travail. Réseau moderne permettant de disposer sur le même fil d’un accès à l’Internet à très haut débit, de la voix, de l’image vidéo, d’applications interactives en 3D, de visiophonie, etc… Même chose avec le sans fil (le Wi-fi)… pour créer des applications nouvelles « en mobilité »…

L’infrastructure est un préalable indispensable à mon sens, pour que des entreprises créent de nouvelles applications qui nous permettront de vivre mieux nos loisirs, notre formation, notre commerce, notre santé, notre administration, et de renforcer notre culture…
Cela jouera en fait le rôle que l’imprimerie a joué entre la Révolution Agricole et la Révolution Industrielle : à savoir augmenter le savoir humain, et le nombre d’Etres Humains qui peuvent y avoir accès…

La France a de bons atouts pour faire cela. Elle a de bons ingénieurs (la preuve, ils s’en vont), elle a de bons créatifs (la « french touch » est reconnue partout)… Et elle a (encore ?) des jeunes qui veulent créer des entreprises…

Alors pourquoi ne le fait-on pas ?

Si on attend que les autres s’y mettent, alors, comme d’habitude nous irons acheter chez eux les applications comme nous le faisons aujourd’hui pour le logiciel, les films, etc…
Notre culture est en danger…
Il est temps de se bouger et de faire nous aussi notre new deal…"

Jean Michel Billaut
Conseiller de Pau Pyrénées
Email : billaut(@)billaut.com

Intéressant non ?

juin 10, 2004 dans France | Lien Permanent | Commentaires (6) | TrackBack

Boulogne Nord en Bourgogne, et sur la France

Week-end de Pentecôte en Bourgogne : dix-neuf personnes dans une même maison, toutes de Boulogne Nord. On se déplace en meutes dans le quartier. Quatre couples et onze enfants. Sur les quatre familles, on va dire qu’il y avait la famille journaliste économique, la famille financier-marchés dérivés, la famille télévision et la mienne, la famille venture. La région était celle de Semur-en-auxois, superbe. Le village de Semur, un grand village médiéval, est tout simplement exceptionnel.

Quelques morceaux choisis, sur trois jours :

Famille financier-marchés dérivés : « j’étais à Londres le mois dernier. Le chauffeur de taxi qui me ramenait de la gare me disait que la France c’était super, pas cher, qu’il venait d’y acheter une maison secondaire…. »
Ouais, on ne parle plus du même PIB par habitant. Je me souviens qu’en 1980, on était devant les anglais. Maintenant, on est un pays moyen, loin d'eux, un pays pas cher pour les chauffeurs de taxis anglais en tout cas...

Famille télévision, on parlait vins : « il reste une appellation abordable (nan, je ne dirai pas laquelle), abordable car elle n’a pas été trop repérée par les anglais et les américains pour qui un vin est bon marché quand il est déjà cher pour nous ».
Ça continue…

Famille journaliste économique : « le patron d’une banque américaine basée à outre-Manche expliquait qu’il adorait la main-d’oeuvre française (pour travailler ailleurs qu’en France bien sûr) car les français ont de bons diplômes, ils travaillent bien et, surtout, ils ne sont pas chers. »
Tiens, ça me rappelle ce que l’on disait chez nous des portugais il y a vingt-cinq ans.

Du côté de la famille venture, pas de morceau choisi. Par contre, malgré un bras blessé , j’ai tenté de jouer au ping-pong avec les enfants et cela n’a rien arrangé, au contraire. Mes camarades m’ont dit que j’étais passé du tennis elbow au ping-pong elbow. Décidément, rien ne va vers le haut dans ce pays.

mai 31, 2004 dans Boulogne Nord, France | Lien Permanent | Commentaires (5) | TrackBack

La redevance

Ce mois-ci, nous devons payer la redevance, un impôt dont l’objet est de financer le service public audiovisuel comme France Télévision ou Radio France.

Mais pourquoi cet impôt fait-il l’objet d’un paiement séparé ? Et bien d’après ce que j’ai compris, cet impôt fait l’objet d’un traitement particulier (et fort coûteux) pour une raison qui est d’une hypocrisie la plus totale : la redevance ne rentre pas dans les « prélèvements obligatoires » de l’Etat français et pour ce, elle doit être traitée à part. Oui, oui, ce serait ça le raisonnement de Bercy, personne n’est obligée d’avoir une télévision ou un poste de radio, alors la redevance, ce n’est pas obligatoire…

Messieurs les fonctionnaires de Bercy, je vous propose d’être encore plus malins : faire une « redevance route » qui autorise l'utilisation des routes ou voies publiques car en fait, on n’est pas obligé d’avoir une voiture, une mobylette ou un vélo. Et pourquoi pas une « redevance voirie », car on n’est pas obligé d’avoir des ordures ménagères. Et tiens, une « redevance électricité», car finalement on peut s’éclairer à la bougie. Ne pas oublier de prévoir une redevance « ordinateur » car l’Internet nous permet d’avoir accès à des sites du secteur public…

J’ai encore pleins d’idée pour transformer les prélèvements obligatoires en prélèvement non obligatoire. En les cumulant, on pourrait alors dire qu’en France, l’Etat ne ponctionne que 25% du PIB seulement au travers de prélèvements obligatoires, un record, un paradis fiscal (alors que dans les faits ce serait toujours plus de 55% du PIB qui est prélevé par l’Etat, un autre record).

Vos idées de nouvelles redevances bienvenues ;-)

mai 15, 2004 dans France | Lien Permanent | Commentaires (10) | TrackBack

Réforme de la loi sur les faillites, enfin

Le projet de loi cherche d’abord à dédramatiser le dépôt de bilan. En posant deux postulats : il n’est pas infamant d’échouer dans la création d’entreprise et tout doit être fait pour que l’entrepreneur soit en mesure de rebondir.

Pour plus de détails, voir le blog de Philippe Laferriere à qui j’ai emprunté sa dernière note (il fait partie de la liste à gauche des blogs que je lis régulièrement).

Note : dans les critères de sélection de mes clients, je suis très sensible à leurs expériences passées. S’ils ont eu une expérience de faillite auparavant, c’est un plus : cela veut dire qu’ils sont mieux armés pour réussir dans une nouvelle entreprise.
Êtes vous étonnés par ce raisonnement ?

mai 13, 2004 dans Entreprendre, France | Lien Permanent | Commentaires (2) | TrackBack

Les 35 heures

Si je vous dis que je suis pour les 35 heures, vous ne me croirez pas vu le contenu général de mon Weblog. Vous avez raison.
Je trouve cette loi totalement inappropriée. Je ne suis pas le seul. En fait, en creusant, je pense que nous sommes une majorité silencieuse.

Loi idiote car on ne peut pas créer plus de richesses ou d’emplois en travaillant moins. Loi inappropriée car, comme dans tous les pays avancés, notre économie est avant tout une économie de services. Comment mieux servir en travaillant moins ?

D’où vient le mal, pourquoi cette loi idiote et inappropriée nous est tombée dessus alors que près de 100% de nos partenaires commerciaux travaillent plus de 35 heures ? Je ne suis pas certain. Peut-être parce qu’en France, le travail est une valeur négative chez certain, chez trop de monde. Il faut que cela change.

Le débat sur les 35 heures est lancé ici, il est aussi lancé sur le blog de Loic le Meur.

Ce que je propose : que tous les bloggueurs qui pensent que travailler est une valeur positive lancent le débat sur leur blog. Laissez un commentaire ici qui nous renvoie vers votre blog (pour ceux qui n'ont pas (encore) de blog, vos commentaires sont aussi très bienvenus).

mai 12, 2004 dans Entreprendre, France | Lien Permanent | Commentaires (17) | TrackBack