Entreprendre (97 articles)

Levée de fonds pour kelDoc !

26/04/2013 dans Entreprendre, Levée de fonds | Commentaires (0)

Keldoc logoAvec 700 000 euros levés, KelDoc est une des plus petites levées de fonds de ma carrière mais certainement une de celles qui me remplit le plus de joie.

Keldoc est un service vraiment simple qui permet de prendre RDV avec un médecin ou dentiste en quelques clics. Si vous trouvez que lafourchette est un service pratique, alors vous allez adorer Keldoc surtout si comme moi c’est plutôt le tard le soir que vous pensez à prendre RDV au moment ou personne ne répond au téléphone.

KelDoc est en beta pour encore quelques jours, laissez votre adresse mail pour commencer.

Lire la suite

Les meilleurs liens pour la levée de fonds JolieBox et une photo sympa

09/10/2011 dans Entreprendre, Levée de fonds | Commentaires (0)

Avec la JolieTeam de JolieBox :

IMG_4699

Lire la suite

Article du JDN à lire : "TPE : Les conseils d'entrepreneurs du Web pour grandir"

23/07/2008 dans Entreprendre, Leveur de fonds | Commentaires (1)

Les trois entrepreneurs du Web sélectionnés pour cet article sont Jean-Baptiste Rudelle, le fondateur de Kiwee puis Criteo (un client Aelios Finance) ; Gilles Babinet, le fondateur de plusieurs sociétés dont Musiwave, Mxp4-Musinaut et Eyeka (aussi un client Aelios Finance) et Patrick Magnard, fondateur serial bien connu.
Article à lire si vous êtes un jeune entrepreneurs.

Levée de fonds : le produit doit-il être parfait pour lever ? C’est non

04/03/2008 dans Entreprendre, Levée de fonds | Commentaires (6)

Il ne se passe pas une semaine sans que je rencontre un entrepreneur qui m’explique qu’il doit lever des fonds avant la sortie de la version 1 de son produit (un site, une plateforme, un soft…) pour investir dedans et « le rendre parfait ». Logique non ? Et bien non, pas forcément - pour ne pas dire pas du tout. J’explique.
Explication par le prix : quand les coûts de dev d’un produit ok à 80% est de 100, ces coûts passent à 500 pour le rendre parfait à 95% et 1000 pour le rendre parfait à 100% (et c’est pour cela, je crois, que je ne connais pas de produit parfait de chez parfait).
Explication par un exemple, le leader Microsoft : si Microsoft avait attendu que leurs Windows (toutes les versions jusqu’à Vista) ou Office (idem) soient parfaits avant de les sortir, et bien Microsoft serait une micro boîte chic avec des logiciels à $9,000 le CD connus de quelques puristes, ou une boîte morte, et personne n’aurait entendu parler d’une banlieue nommé Redmond.

Gilles Babinet : « Aelios est certainement la meilleure société de leveurs de fonds »

20/03/2007 dans Capital Risque, Entreprendre, Levée de fonds | Commentaires (6)

Gilles a dit ça ici et je suis extrêmement touché. Je suis touché non pas car le compliment vient d’un entrepreneur exceptionnel, mais car il vient d’une personne très spéciale. Gilles est un type bien, un type super, quelqu’un qui aime les gens. Gilles est le type de personne qui montrera la même énorme courtoisie au CEO d’une Major ou à un clochard qui lui ferait la manche, il respecte les gens, c’est plus fort que lui, c’est beau.
Et nous, chez Aelios Finance, on aime aussi tout le monde ! Les « first time entrepreneurs » et les supers « serial entrepreneurs » comme lui, ou comme Patrick Robin (et d’autres news bientôt). Nos clients sont vraiment exceptionnels, nous avons de la chance.
À quand vous voulez les entrepreneurs.
PS : dans le Chat du JDN, ce n’était pas moi !

Recherche sous-location de bureaux pour startups

28/02/2007 dans Entreprendre | Commentaires (7)

Si vous avez des mètres carrés en trop (entre 50 et 300) sur Paris et petite ceinture, laissez un message ici ou envoyez-moi un mail. Plein de startups financées recherchent des bureaux (même provisoires). Merci.

« 100 000 Entrepreneurs », par Philippe Hayat

23/01/2007 dans Entreprendre | Commentaires (4)

Je connais Philippe Hayat depuis… le siècle dernier ☺. Il est un fabuleux entrepreneur (je crois qu’il vient de vendre sa quatrième entreprise), il a été aussi un merveilleux investisseur, un angel, et il a un nouveau projet. Le projet est 100 000 Entrepreneurs, ce n’est pas une entreprise, mais une association et je lui apporte tout mon soutien. Voici le pitch :

« Pour donner aux jeunes générations l’envie d’entreprendre, 100 000 Entrepreneurs fait témoigner des chefs d'entreprise et de responsables associatifs devant les élèves des collèges, des lycées et de l'enseignement supérieur en France. Au cours d’une séance interactive de deux heures, l’entrepreneur partage avec les élèves son vécu et ses expériences. »

Voilà, c’est simple, mais énorme. Si un jour l’association a 100 000 entrepreneurs volontaires pour, une fois par an, parler à 30 élèves, cela fera 3 millions de messages qui diront « entreprendre, c’est super et c’est possible ». Je m’inscris sur le site, je suis volontaire, je parlerai entre autres de l’aventure Aelios, de l'été 2004.
Vous êtes un entrepreneur, allez-y, ou n'hésitez pas à faire suivre ce message aux entrepreneurs autour de vous. Voir le site de 100 000 entrepreneurs.

Cocktail « entrepreneurs only », édition 2006

20/10/2006 dans Entreprendre | Commentaires (4)

Comme l’année dernière, nous avons fait chez Aelios Finance un cocktail « entrepreneurs only », il a eu lieu cette semaine. Comme l’année dernière, environ 120-150 entrepreneurs sont venus. Cette année, notre partenaire a été Bird & Bird, un cabinet d’avocats qui aime bien les entrepreneurs (ils représentent par exemple Boonty).
Comme l’année dernière, des concurrents ont pu se parler et voir qu’ils n’étaient finalement pas si concurrents, des partenariats se sont noués, des expériences ont été partagées etc. La ligne éditoriale de cet événement annuel est simple : entrepreneurs, rencontrez-vous et échangez. Les problèmes que vous avez, d’autres les ont eus avant vous et il y a des solutions.

Comme l’année dernière, pardon, nous n’avons pas pu inviter tous les entrepreneurs de France (nos bureaux ne sont pas assez grands, pour le moment ;-). RDV pour la même chose l’année prochaine.

Jérôme Adam : « Entreprendre avec sa différence »

30/06/2006 dans Entreprendre, Pubs pour mes amis | Commentaires (10)

Invitation à lire le livre de Jérôme, un entrepreneur pas totalement comme les autres : il est aveugle depuis l’âge de 15 ans. Je connais Jérôme, il est exceptionnel, il est un exemple.
Son livre est ici.
Le pitch de l’éditeur :
" Entreprendre, c'est s'attaquer à une situation, essayer de conquérir, agir et mettre à exécution un projet. Loin de se limiter à la création d'entreprises, entreprendre correspond à une façon d'être, à une véritable culture. C'est s'investir, prendre des risques et croire en l'avenir. Entreprendre, c'est en fait tenter sa chance. Au-delà des facteurs culturels et sociologiques peu propices à encourager l'initiative, il semble que nos soi-disant élites et plus encore nos corporatismes bloquent notre pays et ceux qui veulent y entreprendre. Ils ont souvent tendance à positionner une bonne partie de nos concitoyens comme des victimes et à les pousser à recourir en permanence à l'Etat sauveur, rempart de nos difficultés. C'est parce que notre société est envahie de germes qui entravent et découragent l'action que j'ai souhaité témoigner de mes différentes expériences. Je veux montrer comment je me suis confronté aux montagnes qui se dressent devant nous et aux archaïsmes idéologiques hérités d'un passé qui s'étiole. " Loin de la langue de bois, dans un travail à quatre mains avec Patrick Blanchet, conseiller en communication et chargé de cours au Celsa depuis 20 ans, Jérôme Adam nous entraîne dans son parcours d'homme, aveugle, et créateur d'entreprise à 23 ans. Un parcours de peines et de joies, un parcours d'erreurs et de réussites. Un parcours qui nous invite à oser. Renaud Dutreil, Ministre des Petites et Moyennes Entreprises, du Commerce, de l'Artisanat et des Professions libérales, et Christophe Chenut, Directeur Général du groupe "L'Equipe", ne s'y sont pas trompés en offrant, respectivement, la préface et la postface de ce témoignage qui met le doigt là où ça va mal.

Logiciels en mode ASP : c’est le moment

29/05/2006 dans Entreprendre | Commentaires (10)

Attention, quand je dis logiciels en mode ASP (ou « on demand »), je veux dire des vrais logiciels ASP, pas des trucs qui étaient dans des boites que l’on a bidouillé pour que ça marche en ASP.
Pourquoi est-ce le moment ? Car les sociétés sont massivement équipées en ADSL. Mais encore ? Car le succès de Salesforce.com est immense (du CRM) et je suis de près aussi le succès de NetSuite (du PGI) qui va s’introduire sur le Nasdaq.
Les années 1985-1995 ont été les années où les entreprises se sont équipées en PC, une rupture, et il fallait vendre des boîtes. 2005-2015 seront sûrement les années de l’ASP pour les logiciels d’entreprises.

Eyeka, la nouvelle startup de Gilles Babinet, lève $5M

13/03/2006 dans Capital Risque, Entreprendre, Levée de fonds | Commentaires (4)

Pour ceux qui ne connaissent pas Gilles, voir cette note. Bravo à toi Franck (Franck est l’autre fondateur, un topgun), bravo à toi Gilles, je vous souhaite un avenir heureux et rempli de succès.
Pour plus d’info, lire ce communiqué de presse :

La start-up Eyeka dévoile un tour de table initial de 5 millions de Dollars

Lire la suite

Levée de fonds : vers un retour en masse des premiers tours en 2006

09/02/2006 dans Capital Risque, Entreprendre, Levée de fonds | Commentaires (10)

Bonne nouvelle pour les - récents - entrepreneurs; il y a de moins en moins de sociétés « matures » à refinancer, donc moins d'offre pour des seconds et surtout troisième ou quatrième tour. L’offre diminue, mais la demande est toujours là, même vraiment là : les VCs ont plein de sous ! La nature ayant horreur du vide, ces derniers regardent très (plus;-) volontiers les très jeunes sociétés. Je répète ce que je crie depuis le lancement de ce blog (en 2003), entreprenez !

Vous pouvez suivre en (vidéo presque) live l’introduction en bourse de l’entrepreneur le plus sympa de France

30/01/2006 dans Capital Risque, Entreprendre, Pubs pour mes amis | Commentaires (2)

L’entrepreneur est Nick Heys, of course, et sa société est Emailvision. Pourquoi le plus sympa de France ? Parce que je peux le dire ! Je le connais depuis 1983 et en 1983 ont avait 19 ans et l’on ne s’est pas quitté depuis. Parce qu’il a été mon roommate, à New York (après nos études, je bossais comme salarié, lui avait déjà monté sa première boîte), parce ce que j’ai été son témoin de mariage, parce qu’il est le parrain fantastique de mon fils ainé.
Il y a quelques mois, j’ai présenté Nick à Rodrigo et ce dernier m’a dit ensuite que Nick était un des (le ?) CEO les plus charismatiques qu’il avait rencontré. Rodrigo, je le confirme, et c’est pour cela qu’Emailvision est un énorme succès.
La suite est logique, Rodrigo, le Pierre Webchernia des stars de l’entreprenariat IT en France braque sa caméra sur Nick, et ça donne ça.
PS : Nick est 100% anglais, ne lui reprochez pas ses fautes de français, sa femme, une pure indigène parisienne du Jura, s’en charge tous les jours.

Tremplin Entreprises : un évènement à privilégier si vous êtes un tech-entrepreneur

23/01/2006 dans Capital Risque, Entreprendre, Levée de fonds | Commentaires (1)

Aelios Finance est partenaire de Tremplin Entreprises. Voici copie du communiqué d'appel à candidature destiné aux jeunes entreprises innovantes, venez nombreux :

***

La 8ème édition de Tremplin Entreprises, les 5 et 6 juillet 2006, au Sénat, permettra à trente lauréats de présenter leur entreprise innovante à la communauté des investisseurs en capital risque.

Appel à projets innovants

L’appel à projets est lancé : les entrepreneurs peuvent faire acte de candidature du 1er février au 31 mars 2006. Le dossier d’inscription (un business plan à compléter) est disponible en téléchargement sur le site www.tremplinentreprises.com

Lire la suite

Alternext fait de la concurrence aux fonds de capital-risque

06/01/2006 dans Capital Risque, Entreprendre, Levée de fonds | Commentaires (5)

Et c’est une bonne nouvelle pour les jeunes sociétés. En effet, jusqu’à présent, lorsqu’un fonds avait le choix entre financer une très jeune société ou une société plutôt mature et à l’équilibre, son choix se tournait (trop) souvent sur la dernière car moins risqué (mais moins rémunérateur). Aujourd’hui, Alternext valorise bien les sociétés IT matures et les VCs voient alors ces dossiers matures leur échapper et au résultat, ils se concentrent à nouveau sur des jeunes sociétés.
Bonne nouvelle pour les entrepreneurs alors. Entreprenez !

L’auteur du Kelbook sur le Journal du Net

15/11/2005 dans Entreprendre | Commentaires (0)

Julien Codorniou, co-auteur de « Ils ont réussi leur start-up », le livre sur l'histoire de kelkoo, parle sur le JDN - chat. Je conseille - à nouveau- à tous de lire le livre si vous aimez l’entrepreneuriat.

Extrait du chat :

Quel est le message principal que vous souhaitez délivrer au lecteur ?
Que la réussite est possible en France, en particulier dans la technologie. Il faut remonter le moral des entrepreneurs, et montrer un exemple à tous ceux qui doutent. Montrer que la France est un pays de technologie qui s'ignore. Bref, raconter une belle histoire, revenir sur les facteurs clés de succès, créer des vocations parmi les chercheurs européens et aussi rendre hommage aux héros de cette histoire, qu'on a parfois mal considérés.

Julien, merci à toi pour ta magnifique façon de crier « vive les tech-entrepreneurs !».

Déjeuner CroissancePlus avec Nicolas Sarkozy – suite

21/10/2005 dans Entreprendre | Commentaires (10)

Suite de ma note du 9 octobre. Le discours du Président de CroissancePlus résume toutes les bonnes questions que l’on peut poser à un candidat à la présidence de la République lorsque l’on aime l’entreprenariat. Voici le discours.

***

Monsieur le Ministre d’Etat,
Monsieur le Ministre,
Monsieur le Député,
Chers Membres et chers Amis prospects et journalistes,


Laissez-moi commencer cette intervention par remercier Nicolas Sarkozy de sa présence au sein de croissancePlus.
Monsieur le Ministre, vous étiez venu chez CroissancePlus il y a trois ans, entre les deux tours de la Présidentielle.
Vous revenez aujourd’hui parmi nous pour échanger et débattre avec des chefs d’entreprise, ce qui montre à la fois votre fidélité à CroissancePlus, mais également votre intérêt pour les combats que nous menons.

CroissancePlus est le « syndicat » des Entrepreneurs, au service d’une catégorie plutôt mal-aimée dans notre pays. Je veux parler des vrais entrepreneurs, ceux qui sont dans cette salle, ceux qui démarrent avec leurs économies dans un « garage » et non pas de ceux qui touchent trente millions d’euros d’indemnités de départ quand en plus, ils échouent...

Lire la suite

Une vidéo géniale de Nick Heys, le fondateur d’Emailvision

20/10/2005 dans Entreprendre | Commentaires (2)

Nick est un fabuleux serial entrepreneur et aussi tout simplement un type fantastique. Sans surprise, sa société, Emailvision, est un énorme succès. J’ai l’immense chance d’avoir Nick comme ami depuis plus de vingt ans (j’ai été son témoin de mariage, il est le parrain de mon fils aîné, qui a bien aimé la vidéo !). Nous parlons naturellement souvent business et nous nous donnons régulièrement des coups de mains. Tiens, avec le recul, c’est grâce à lui que je me suis intéressé au business de la levée de fonds, je lui dois beaucoup de choses. Merci encore Nick.
La vidéo est comme d’hab, chez Rodrigo.

Super article sur les fondateurs de Boonty dans les Echos de ce jour

19/10/2005 dans Entreprendre | Commentaires (5)

L’article est vraiment bien, mais comporte une énorme erreur. Voir mon commentaire à la fin.

***

Deux frères aux manettes du jeu sur Internet
Mathieu et Romain Nouzareth ont créé ensemble la plate-forme de téléchargement de jeux Boonty.

Deux frères, deux entreprises créées ensemble, et pourtant deux personnalités très différentes. Mathieu et Romain Nouzareth, respectivement 33 et 30 ans, ont des caractères opposés. Mathieu, le plus âgé des deux, introverti, prudent, et sérieux, est diplômé d'une école de commerce et d'un MBA de la Lubin School of Business de New York. Romain, lui, a la fibre commerciale, et possède pour tout bagage un DEUG de droit de la faculté d'Assas.

Lire la suite

Bientôt un déjeuner avec Nicolas Sarkozy, un (très probable) candidat à la présidentiel de 2007, alors si vous avez des messages, faites passer

09/10/2005 dans Entreprendre | Commentaires (13)

Attention : le déjeuner concerne l’entrepreneuriat et les start-ups, rien d’autres. Comme pour cette note, je propose de rassembler des idées qui concernent uniquement le sujet.
Pas de politique, merci.
Le déjeuner est organisé par CroissancePlus, une association qui fait un fantastique travail de sensibilisation de la classe politique sur les problèmes des sociétés innovantes. Nous serons plus de … 200 personnes ! Donc, j’ai fait le calcul, je n’aurai peut-être que 30 secondes de temps de parole. Aidez-moi à trouver le bon message ! Moi, j’ai envie de parler, comme souvent, d’un Small Business Act à la française.

120 entrepreneurs chez Aelios Finance hier et encore merci à Atlas Venture

30/09/2005 dans Entreprendre | Commentaires (15)

120 ! On a failli être très serré, mais heureusement il faisait beau et tout le monde a pu profiter de la terrasse. Je reviendrai sur cet événement plus longuement que je résume :
- En juin, avec mes associés, nous décidons d’organiser en septembre un cocktail "entrepreneurs only". Vous connaissez notre ligne éditoriale : vive les entrepreneurs !
- En juillet, je déjeune avec un VC qui, je pense, va devenir une star sur Paris, je parle du nouveau partner du bureau parisien d’Atlas Venture, Fred Destin. Fred me dit à lors de ce déjeuner qu’il souhaitait organiser un cocktail "entrepreneurs only"… Je lui explique que le créneau est pris ! Il me dit "faisons le ensemble". ..
- J’en parle à mes associés, ils sont ok. Fred en parle aux Partners d’Atlas, ils disent go for it.
Voilà pour la genèse, voilà pourquoi beaucoup d’entrepreneurs ont reçu le mois dernier une invitation commune d’Atlas & Aelios.
Le cocktail était très sympa. Les entrepreneurs ont pu échanger entre eux, se donner des conseils. Des concurrents se sont rencontrés pour se rendre compte que, sur un marché mondial, une boîte basée à Clichy n’a pas forcément comme principal concurrent une boîte basée à Issy…
Pour plus d’infos, un des entrepreneurs présent hier est aussi journaliste, il parle de l’événement ici.

PS : nous n’avons pas pu inviter tous les entrepreneurs de l’innovation de France car nos bureaux (et nos budgets) sont trop petits… Si un jour nous pouvons le faire, et bien nous le ferons !

Une interview géniale d’un serial-entepreneur

28/09/2005 dans Entreprendre | Commentaires (5)

Merci Rodrigo pour cette vidéo, un beau moment où un des serial-entrepreneurs les plus sympas de France raconte ses aventures entrepreneuriales et surtout qu’il va vendre sa société dans l’heure qui suit. Il parle de Musiwave vendue 100M€ à Openwave et lui c’est Gilles Babinet.
Écoutez bien la vidéo jusqu’au bout, Gilles annonce qu’il va lancer sa nouvelle société, un concept génial, et qu’il a déjà des term-sheets d’investisseurs. Héhéhé…. ;-).

Levée de fonds : l’amorçage reste un problème en France

27/09/2005 dans Business Angels, Capital Risque, Entreprendre, Levée de fonds | Commentaires (16)

Quand je parle d’amorçage, je ne parle pas de sociétés qui n’ont pour actif qu’un business plan, je parle aussi de sociétés qui ont un vrai beau produit et qui commencent à vendre, mais dont le chiffre d’affaires ne dépasse pas quelques dizaines ou petites centaines de milliers d’euros. Ces sociétés ne sont pas gâtées en France…

Les business angels sont inexistants, ou presque.
Un business angel possède en général une fortune supérieure à 10M€ et, en France, dès qu’une fortune dépasse les 10M€, il est conseillé d’aller se réfugier en Suisse, en Belgique, en Grande-Bretagne ou ailleurs. La France est le seul pays où l’on peut payer plus d’impôts que de revenus… Débile. Au lieu d’avoir trente mille business angels, nous en avons deux mille… Ça m’énerve !
À ce sujet : il paraîtrait qu’une partie de la famille Mitterrand serait en Belgique…

Les FCPI, dont la mission étaient à l’origine de financer les très jeunes pousses, ne le font pas (ou très rarement). Je ne leur jette pas la pierre, au contraire, je les comprends. Du fait de leurs contraintes (dont la durée de vie d’un fonds FCPI), ils ne peuvent pas sereinement investir dans une société dont le but est de faire une sortie longue (plus de 5 ans). Je pense alors que l’on peut dire que 90% des sociétés financées par des FCPI font plus d’un million d’euros de chiffre d’affaires lors de leur tour de table. On est très très loin de l’amorçage…

Les FCPR, souvent des fonds historiques, font quelquefois de l’amorçage mais pas assez car ils ne sont pas assez nombreux. Il faut faire encore plus.

Je suis leveur de fonds et je veux continuer à faire de l’amorçage. Lorsque je sélectionne un dossier d’amorçage, je sais que je vais travailler comme un fou pendant presque un an et ne presque rien gagner au final car c’est dur, c’est long, pour une toute petite commission de succès qui ne couvre pas les frais. En fait, je deviens alors là une sorte de business angel...
Je continu cependant à faire de l’amorçage car j’y crois (mon dernier dossier était Newscreens), aussi, je suis fier de dire qu’Aelios Finance est probablement le seul leveur de fonds en France qui aime l’amorçage et qui l’aimera toujours.

Voilà, je voulais le dire même si cela ne fait pas avancer le schmilblick.

Aux business angels : J’espère que l’on va vous permettre de revenir en France un jour !
Aux FCPI : j’espère que l’on vous donnera les libertés de faire de l’amorçage !
Aux FCPR : vous n’avez aucune concurrence sur l’amorçage, profitez-en !

Longue vie à Vodeo.tv !

16/09/2005 dans Business Angels, Entreprendre | Commentaires (7)

Dans la famille du contenu numérique, nous avions déjà la musique (iTunes, Virgin, Fnac, AllMusicBox…), le jeu (Boonty), le cinema (MovieSysytem et bientôt Glowria) et aujourd’hui on peut enfin télécharger des documentaires en France grâce à Vodeo.tv.
Bravo à Frédéric Pie, le fondateur de Vodeo et bravo à toute son équipe. Bravo aux business angels qui ont permis à Vodeo d’exister et je dis d’avance bravo aux VCs qui prendront la suite (non, Vodeo n’est pas un client, mais j’aime Vodeo, voilà).
Et bravo pour le cocktail d’hier ;-).
Tiens, je vais à Athènes pour la première fois dans quelques semaines alors je vais regarder ce documentaire. Pratique non ?

Kelbook ou le futur livre sur kelkoo : il paraîtrait que j’y suis (un tout petit peu) pour quelque chose

15/09/2005 dans Entreprendre | Commentaires (17)

J’ai croisé Julien Cordoniou ce soir, le co-auteur et initiateur du fabuleux livre qui va paraître sur l’histoire de kelkoo dans un mois. Je lui ai dit que j’étais très admiratif de ce qu’il avait fait car il annonçait son projet de livre ici, dans les commentaires d’une de mes notes d’octobre 2004 et il est allé jusqu’au bout, il l’a fait avec brio ! Sa réponse a été à peu près : « Ton blog a été à l’origine du livre ». Ha bon ! Pourquoi ? Car, comme moi, Julien aime les entrepreneurs. Je le dis tout le temps dans ce blog, Julien voulait le dire aussi, mais à sa (brillante) façon.
Julien : vais-je apparaître dans les remerciements du livre ;-) ?

Achetez tous le livre, il sort dans un mois.

J’ai rencontré une serial tech entrepreneuse

13/09/2005 dans Entreprendre | Commentaires (3)

Rappel : un serial entrepreneur est un entrepreneur qui en est à sa seconde entreprise. Un serial entrepreneur, c’est rare ; une serial entrepreneuse, c’est vraiment rare, trop rare ! Surtout dans la tech. Je compte étudier son dossier de près et, si des indicateurs essentiels sont au vert comme ils semblent l’être bientôt, j’espère pouvoir opérer pour la première fois une levée de fonds pour une serial entrepreneuse. Vive les serial entrepreneuses !

Skype ! Quatre quoi ?

12/09/2005 dans Capital Risque, Entreprendre, Levée de fonds | Commentaires (8)

Quatre milliards de dollars…

Je suis en retard sur plein de notes que je voulais poster dernièrement, mais le temps manque (Aelios a un an, déjà, et en plus de nos missions, nous travaillons dur sur notre stratégie, comme toutes les startups). Je comptais par exemple faire une note sur la levée de fonds d’AllMusicBox, une merveilleuse société Internet car la levée de fonds est enfin officielle depuis une semaine (en fait conclue en juillet). Je voulais parler des levées de fonds des VCs (car ils lèvent eux aussi) et surtout encore dire aux entrepreneurs en herbes qu’il faut se lancer. La preuve : en Europe on peut créer en deux ans une entreprise qui vaut 4 milliards de dollars !

… Quatre milliards de dollars. C’est globalement prix que va payer eBay pour acquérir Skype, une startup européenne. Ceux qui suivent ce blog connaissent Skype, j’ai fait l’apologie de cette société dès la sortie de son logiciel il y a un an (Skype a deux ans seulement). J’ai eu la chance de rencontrer son fondateur juste après, Niklas Zeenström. J’ai dit, il y a quelques mois, que Skype valait une somme à neuf chiffres et ce n’était pas évident pour une société qui avait fait moins de 10M€ de chiffre d’affaires en 2004… (Mais 200M€ déjà prévue en 2006).
Pour tout comprendre et pour aller vite, je vous propose de passer par le blog de Pierre Chappaz, qui connaît tout de cette histoire (il a fait partie des gens qui ont cherché à acheter Skype quand il a pris - brièvement - la direction de Yahoo Europe). Voir aussi le site corporate d'eBay, car leur stratégie est finalement assez simple (Skype payé par Paypal, Skype en click to talk...).
Au fait, les investisseurs de Skype sont des Européens, le fonds Index Venture, et des américains, le fonds Draper Juvertson. Ce dernier a été créé par une star du capital-risque américain, Tim Draper (et comment on dit Draper en français déjà ? ;-)
Message à ceux qui veullent entreprendre : allez-y !

Tribune sur les entrepreneurs

05/09/2005 dans Entreprendre | Commentaires (8)

Geoffroy Roux de Bézieux, le Président de CroissancePlus (dont je suis membre) qui est aussi le fondateur de The Phone House, est l'auteur d'une tribune parue dans le Figaro la semaine dernière. Là voici, elle est bien :

Nos entrepreneurs sont-ils des patriotes ?

Depuis que le premier ministre a utilisé ce terme, les incantations se multiplient pour appeler les entrepreneurs français au «patriotisme économique». Curieusement, on a entendu jusque-là surtout des hommes politiques ou des hauts fonctionnaires s'exprimer... pas les chefs d'entreprise. Est-ce à dire qu'ils ne sont pas patriotes ? Ou peut-être qu'ils ne sont pas très à l'aise avec ce «mélange des genres», entre le monde réputé cynique et calculateur de l'entreprise, et cette notion chargée d'émotion de «patrie».

Messieurs les hommes politiques, sachez-le, la plupart des entrepreneurs sont patriotes. D'abord parce que l'entrepreneur reste un citoyen quand il passe la porte de son entreprise. Contrairement à ce que semble croire la majorité des Français, l'entrepreneur n'est pas un robot qui applique sauvagement la théorie économique libérale la plus pure et prend ses décisions de manière complètement rationnelle. Il est le plus souvent écartelé entre ses sentiments personnels, les intérêts de ses actionnaires, de ses clients et de ses employés, les trois piliers sans lesquels il n'y a pas d'entreprise, et donc pas d'entrepreneurs.

Lire la suite

Pour une levée de fonds, faut-il être un entrepreneur avec un beau diplôme ? La réponse est non, on s’en fiche !

03/09/2005 dans Capital Risque, Entreprendre, Levée de fonds | Commentaires (15)

Je me demande pourquoi je n’ai pas parlé de ce sujet avant. Peut-être parce qu’il est totalement évident dans notre industrie, le capital-risque. Faut-il être diplômé d’une grande école pour pouvoir prétendre lever des fonds pour son entreprise ? Non ! On s’en fout ! J’ajoute : royalement !
Aucune école ne vous apprend vraiment à devenir entrepreneur, au contraire même, l’école (à la française) nous apprend plutôt à être rationnel, cartésien, prudent. Et quand on est cartésien, on ne va pas faire concurrence à France Telecom (comme Skype) ou à Alcatel et Thomson (comme Inventel ou Lea) ou à la Française des Jeux (Newscreens) ou à Yahoo (comme Kelkoo), à France Telecom encore une fois (comme Free), à la Fnac et Darty (comme Rueducommerce ou Pixamia etc…) ou à EDF (Poweo et Direct Energy). Au contraire, quand on est rationnel et cartésien, on choisit préférablement d’être salarié d’un grand groupe bien installé et leader (j’imagine que les statistiques des grandes écoles françaises le montrent bien, à 95%...).
Pour devenir entrepreneur, il faut alors être plutôt irrationnel (au sens positif) et le contraire de cartésien et là, le diplôme ne rentre plus en compte. La fibre d’entrepreneur vient de nulle part et partout. Les fondateurs de sociétés financées pas le capital-risque n’ont pas tous le Bac. Certains ont un BTS et d’autres ont raté leur Deug. Beaucoup viennent d’écoles de commerce ou d’ingénieurs de seconds rangs, et certains, une minorité comme dans la vraie vie, sont diplômés de grandes écoles. En résumé, le diplôme (ou le non-diplôme) n’est pas un critère, vraiment pas. Etonnés ?

Kelkoo : bientôt le livre

29/08/2005 dans Entreprendre | Commentaires (5)

Julien Codorniou m’a fait l’honneur de me faire passer comme lecture de vacances le manuscrit du livre qu’il a co-écrit sur la fabuleuse histoire de Kelkoo (ou comment une start-up française est devenue la plus belle histoire de l’Internet européen). Le livre sortira en octobre, à lire certainement.
Bon, et pour vous, c’était bien les vacances ?

Pour un Small Business Act en Europe

20/07/2005 dans Entreprendre | Commentaires (9)

Aux USA, grace à la loi dite « Small Business Act », une grande partie des achats des agences gouvernementales est réservée aux PME (donc aux startups). Au résultat, la croissance des PME américaines est dopée par près de 100 milliards de dollars de marchés attribués tous les ans par les Agences américaines. En Europe, seulement, 2000 entreprises ont un CA supérieur à 100 millions d'euros contre 3200 aux Etats-Unis et ceci malgré 100 millions d'européens de plus. Je vous invite à vous associer à une initiative en faveur d’un SBA en France et en Europe en signant cette pétition en ligne.

Sous-location de bureaux pour start-up

06/07/2005 dans Entreprendre | Commentaires (10)

Pour info, si vous êtes entrepreneur et si vous cherchez à sous-louer des bureaux, même des grands, envoyez-moi un mail. Un de mes clients vient de prendre des bureaux superbes, vraiment superbes, mais trop grands. Lieu : frontière entre le 14e et le 15e.

Encore des sorties pour les VCs

03/05/2005 dans Capital Risque, Entreprendre | Commentaires (5)

Note : faire une sortie pour un VC veut dire vendre ou faire une intro en bourse. Et, rappel à tous, un VC entre dans un dossier (il investit) pour faire, in fine, une sortie (vendre avec une belle plus-value).

Dans les bonnes nouvelles de la semaine, il y a la sortie de Cirpack racheté par Thomson (gourmand Thomson dernièrement). D’après les rumeurs, les VCs à bord (Siparex, Iris, Endeavour) ont fait 10 fois leur mise, mieux que Kelkoo ou Inventel, super donc.
D’après pas mal de rumeurs, on va aussi bientôt entendre parler aussi de très belles sorties dans le domaine du Ecommerce. Ça bouge bien, c’est bon pour l’industrie, c’est bon pour les entrepreneurs.

Entreprenez !

7

20/04/2005 dans Entreprendre | Commentaires (4)

Juste pour dire qu’Aelios Finance, la toute jeune startup que mes associés et moi avons créée il y a quelques mois, vient de conclure une septième opération (en tout, nous avons fait cinq levées de fonds pour des entrepreneurs, une vente d’actifs intellectuels pour un entrepreneur et la cession d’un fonds pour des VCs ). Le nombre de 7 opérations doit faire de nous l’acteur de référence, et de loin, sur le secteur du capital-risque :-)
Si vous avez le projet d’entreprendre, allez-y ! ça marche ! même s’il faut faire mille sacrifices et trop travailler, il faut le faire ! Si vous êtes un entrepreneur, n’hésitez pas à me contacter pour que je partage avec vous nos expériences, je le ferai avec plaisir, je suis à votre service car c'est mon métier. Vos questions bienvenues.

Thomson achète Inventel : une succes story du capital-risque français

13/04/2005 dans Capital Risque, Entreprendre | Commentaires (7)

L’industrie du capital-risque a besoin de success-stories, et bien en voilà une autre. Inventel, une société technologique française financée par des fonds de capital-risque français (Banexi et Innovacom) vient de faire un home run. Les investisseurs ont misé 6 millions d’euros pour une participation minoritaire, la société s’est vendue pour plus de 100 millions d’euros. Les investisseurs font un superbe multiple (7 fois la mise d’après les rumeurs) et les entrepreneurs sont sûrement riches aujourd’hui.
L’histoire est belle car des VCs français confirment leur savoir-faire et des entrepreneurs IT riches deviennent en général des business angels, c’est dans leur nature. Tout cela est génial.
Au fait : oui, quand on entreprend dans la techno en France, on peut faire aussi une belle fortune. À qui le tour ? À vous bientôt peut-être…

Capital IT : j’ai rencontré des entrepreneurs bloggers

11/04/2005 dans Entreprendre | Commentaires (5)

Aelios Finance est partenaire de Capital IT, la conférence de référence en France sur le sujet du financement des jeunes entreprises innovantes qui a lieu en ce moment. J’ai animé une présentation ce matin sur le sujet de la levée de fonds qui s’est terminée sur une brève séance de questions-réponses. Un des nombreux entrepreneur présents dans la salle m’a remercié pour ce blog avant de poser sa question et plus tard, en sortant de la salle, trois autres entrepreneurs m’ont interpellé pour me parler de ce blog et me remercier, car celui-ci leur a donné au moins une bonne idée.
Les amis, si vous passez par cette note, sachez que c’est moi qui vous remercie. Je vous remercie d’exister. Sans vous, notre industrie n’existerait pas. Sans vous, je ne pourrais faire le métier que j’aime. Vive – vous - les entrepreneurs !

Février : un mois pas comme les autres pour les entrepreneurs

13/02/2005 dans Entreprendre | Commentaires (11)

Pour un salarié, février est un bonheur : on est payé autant que les autres mois, mais on a deux 2 à 3 jours de moins de boulot et surtout de dépenses. En février, si tout va bien, un salarié va pouvoir économiser plus que les autres mois. Tant mieux pour tous les salariés !
Pour un entrepreneur, février est un mois plutôt difficile. Non seulement le mois est près de 10% plus court pour faire de la croissance alors que les charges fixes ne bougent pas, mais en plus, un bon 30% de ses contacts partent en vacances sur le mois et cela ne fait pas avancer les dossiers… Au fait, mon anniversaire est le 26 ;-).

Des VCs quittent leur job pour créer des startups Internet

19/01/2005 dans Entreprendre | Commentaires (19)

Si, si ! J’ai un exemple tout frais. Le VC vient de la branche française d’un grand fonds international. Le site de sa startup est en ligne. Si je peux en dire plus, je fais une note sur le sujet.
Si même des VCs le font, c’est vraiment le moment d’entreprendre. (Heu... C’est ce que j’ai fait moi, en fait).

Ou sont les femmes ?

12/01/2005 dans Capital Risque, Entreprendre | Commentaires (18)

Constat : le secteur du capital-risque et des entrepreneurs IT est une industrie composée à plus de 90% d’hommes (et c’est aussi le cas, dans une moindre mesure, aux Etats-Unis). Pourquoi ? Je ne sais pas vraiment, mais s’il y a des causes, il y a peut-être des solutions. Vos idées sont les bienvenues pour féminiser un peu notre monde de brutes…:-)
(P.S. : je sais, nous sommes 6 associés chez Aelios Finance et que des mecs…).

Les motivations de l’entrepreneur

09/01/2005 dans Entreprendre | Commentaires (24)

Suite de réflexions un tout petit peu provocantes comme cette récente note. Question d’aujourd’hui : quelles sont pour vous les motivations d’un entrepreneur ? Et bien j’en vois deux avant tout : créer (écrire une belle histoire) et être chef ! L’argent est-elle une motivation ? Certainement, mais je mets cette motivation bien après les deux autres.

Être passionné par son produit : atout ou danger ?

19/12/2004 dans Entreprendre | Commentaires (34)

Je parlais d’un entrepreneur hors pair à une relation dernièrement, j’expliquais comment son entreprise dépassait son business plan. Question de mon interlocuteur au sujet de l’entrepreneur : " Il doit être passionné par son produit pour faire si bien ? "
J’ai bizarrement hésité à répondre, j’ai réfléchi et puis je me suis rendu compte de quelque chose : je crois ne pas connaître d’entrepreneurs qui « cartonnent » passionnés par leur produit. Je vais plus loin : je pense même que si un entrepreneur est passionné par son produit, il y a danger (je remarque maintenant qu’il y a plein d’échecs dans des sujets où il y a facilement passion, comme l’aviation, la presse, le nautisme, la mode, le cinéma, et l’automobile). Inversement, j’ai plein d’exemple de success stories ou il ne peut y avoir raisonnablement de passion au sens du produit : la biotech, l’hygiène, la distribution, le traitement d’ordure ménagère et je passe des exemples…
Être passionné pour son produit est sûrement un atout pour la joie de l’entrepreneur, mais je ne suis pas certain que ce soit un critère de réussite.
Houlà, je suis un peu radical là…

Critiquer les VCs ne fait pas avancer le schmilblick

07/12/2004 dans Capital Risque, Entreprendre, Levée de fonds | Commentaires (11)

À chaque fois ou presque, lorsque je vais à une conférence (française) sur le capital-risque (français), j’ai le droit à une tribune d’entrepreneurs (français) qui dit du mal des VCs (français) : "Ils sont frileux, ils sont lents à décider, ils ne choisissent pas les bons les dossiers et patati et patata… " Ok, il a eu des bons et des moins bons VCs, comme pour les avocats ou les leveurs de fonds d’ailleurs. Ok quelques-uns n’ont pas fait les meilleurs investissements et beaucoup ont été trop lents dans les processus de levée. Ok il y a eu des conseils d’administration où c’était du n’importe quoi, je dis ok mais quand je me mets à la place des VCs, je me dis ras le bol de ce discours ! D’autant plus que plein de VCs français ont fait de très beaux investissements et ont vraiment apporté de la valeur aux entreprises qu’ils soutenaient ou soutiennent.
Il faut savoir aussi que l’industrie du VCs est plutôt jeune en France. La moyenne d’age des fonds VCs français doit être de sept ou huit ans. Le nombre d’années moyennes d’expérience d’un VCs français doit être de moins de cinq ans. Basé sur ces données, je me dis alors qu’ils sont plutôt très bons (par rapport aux VCs américains des années 80 par exemple). La période est à nouveau très bonne pour les entrepreneurs et les VCs français deviennent vraiment pros, je le vois tous les jours, alors si vous comptez entreprendre, profitez-en, c’est le moment.
Non, mais, il faut parler du beau temps aussi !

Appel aux business angels ou à ceux qui souhaitent le devenir

21/10/2004 dans Business Angels, Capital Risque, Entreprendre, Levée de fonds | Commentaires (21)

J'explique pourquoi je lance ce message : mes associés et moi rencontrons plein d’entrepreneurs à la recherche de financement d’amorçage pour de très beaux projets. Très beaux projets, je le répète, et c’est pour cela que nous prenons un temps fou à les recevoir et à étudier ce qui doit être fait pour que ces histoires se lancent.
Les dossiers dont je parle reherchent des petits investissements, quelques centaines de milliers d’euros max soit trop peu pour la grande majorité des fonds d’investissement institutionnels. En même temps, notre base de business angels est large mais pas assez large pour industrialiser des processus de recherche de capitaux et de syndication des tours de table. Nous trouvons que c’est vraiment dommage et nous ne pouvons alors pas sélectionner plus de trois ou quatre projets de ce type par ans.

Si vous êtes un business angels et que vous passez par ce blog, ou si vous souhaitez devenir business angels, contactez-nous chez Aelios Finance au 01 43 12 32 12 ou par mail : contatc[at]aeliosfinance.com Pour reprendre l’expression de Julien, VSBA are welcome (very small business angels) car le but est de syndiquer les tour de tables (syndiquer siginifie faire rentrer plusieurs investisseurs dans un tour de table).
Pour ceux qui n’ont jamais été business angels, je rappelle une règle de base : il faut investir sur au moins six dossiers pour répartir le risque. Autre chose à savoir : les entrepreneurs apprécient énormément les business angels car ils apportent expériences et réseaux.

Lundi c’est ravioli, mais demain c’est TVA

18/10/2004 dans Entreprendre | Commentaires (12)

Rappel à aux entrepreneurs qui payent leur TVA sur une base trimestrielle. C’est demain !
Bon, je retourne à mes comptes.

Jeunes entreprises, chouchoutez les autres jeunes entreprises, flutte quoi

01/10/2004 dans Entreprendre | Commentaires (29)

J’ai dîné avec un entrepreneur, fondateur d’un éditeur de logiciels qui m’a expliqué hier qu’il a presque plus de mal à conquérir des start-ups que des grands groupes. Par exemple, il signe en final avec la Caisse des Dépôts face à un géant américain (car son offre était la meilleure) mais il m’a cité des noms de start-ups qui lui ont dit que sa société ne pouvait pas être sélectionnée car «elle était trop petite ».
Fou ! Tout le monde connaît le vieil adage qui explique la frilosité de certains acheteurs : « You never get fired for buying IBM ». OK, mais entres-nous, pourquoi ne pas avoir, par idéologie, la démarche inverse ? C’est-à-dire de sélectionner à offre égale ou meilleure, la jeune entreprise chalengeur. Dans ma société, c’est déjà un principe. Nous aurons bientôt des fournisseurs challenger pour l’électricité, le téléphone, des logiciels, des services etc…(Bon, pour les meubles, on est beaucoup passé par Ikea, on l’avoue, mais on n’avait pas de challenger) et si un jour, j’ai besoin d’un consultant informatique et bien je prendrai plutôt un Laurent Deséchalliers par exemple, qu’une SSII installée.
OK pour chouchouter un peu vos confrères mesdames et messieurs les entrepreneurs ?

Question à la communauté de l’innovation

29/09/2004 dans Business Angels, Capital Risque, Entreprendre, Levée de fonds, Weblogs | Commentaires (31)

En regardant les stats de mon blog, des très bonnes stats d’après les pros du blog, alors que je parle plutôt de sujets confidentiels comme l’entreprenariat, l’innovation et le capital-risque (bon, je parle aussi un peu de tout et de rien), je pose la question suivante :
Pensez-vous qu’il nous faudrait en France une sorte de blogzine multi-auteurs dédié à la communauté des innovateurs qui inclut entrepreneurs, VCs, chercheurs, grands groupes du secteur, avocats, auditeurs etc. ? Une grande et belle communauté.
Moi, je suis pour, vraiment, d’ailleurs j’en parle depuis plusieurs mois à des gens qui pourraient le faire (ce n'est pas mon métier). Et vous, êtes-vous pour ? Répondez SVP (même par mail), c’est une vraie question et la réponse peut aider les entrepreneurs. Notre but, non ?

Pour l’électricité de ma société, je choisis une start-up

16/09/2004 dans Capital Risque, Entreprendre | Commentaires (9)

Aux Etats-Unis, il existe le « Small Business Act » qui, pour faire simple, oblige les grands groupes à prendre pour fournisseurs aussi des petites entreprises. Cette loi devrait exister en France, vraiment.
Mes associés et moi avons décidé d’appliquer à notre (très) petite échelle les principes de la Small Business Act, c’est-à-dire de favoriser, parmi nos fournisseurs, les jeunes entreprises. Aujourd’hui, j’ai signé un contrat avec Poweo, qui deviendra notre fournisseur d’électricité à la place d’EDF (en plus, c’est moins cher).
Tiens, je vais faire un sondage parmi les VCs : Qui a EDF, Poweo, ou Direct Energie (une autre start-up) ?

Capital-risque : faites- moi passer vos bonnes nouvelles

13/09/2004 dans Capital Risque, Entreprendre, Levée de fonds | Commentaires (12)

Pour info, ce blog atteint mille pages vues par jour, vues par des personnes qui s’intéressent au sujet du capital-risque et des levées de fonds (je sais, si j’étais une jeune bloggueuse qui expliquait que son cœur était à prendre, ce chiffre serait de plusieurs milliers. Mais bon, mes trucs à moi c’est l’entreprise au sens entrepreneur et le capital-risque, une merveilleuse industrie).
Une des missions de ce blog (si, si, il y en a au moins une en fait) est de re-créer un affectio societatis fort entre entrepreneurs et capital-risqueurs et pour cela, il faut parler du beau temps car voilà près de quatre ans que l’on parle trop de la pluie. Alors c’est simple, si vous avez des bonnes nouvelles à faire circuler, contactez-moi.
Au fait, affectio societatis est la baseline d’Aelios Finance.

Journal du Net : "Aelios : nouvel intermédiaire du capital-risque"

09/09/2004 dans Capital Risque, Entreprendre, Levée de fonds | Commentaires (12)

Voici l’article qui vient de sortir dans le Journal du Net, mon petit commentaire après :

***

La société de conseil financier vient d'être lancée par des anciens collaborateurs de Chausson Finance. (10/09/2004)

(...) la société Aelios Finance propose son assistance aux entreprises qui souhaitent lever des fonds, fusionner ou acquérir un autre acteur. Elle opère essentiellement sur les secteurs des TIC, des biotechnologies et des PME à forte croissance.

« Les TIC représentent notre secteur privilégié, indique Eric Félix-Faure, directeur associé de Aelios Finance. Nos experts, qui ont déjà monté 70 opérations financières avec succès au cours de leurs carrières, sont majoritairement spécialisés sur ce secteur. La société de conseil est aujourd'hui sur le point d'obtenir la gestion de huits levées de fonds et rapprochements, dans toutes les branches qu'elle couvre. ».

Sur le marché français du capital-risque, les entrepreneurs semblent donc nombreux à s'offrir les services d'un intermédiaire, lequel se rémunère en fonction du montant des opérations réalisées. « Le marché français du capital-risque et du capital-développement est remarquable par le nombre et la qualité des équipes de gestion, lit-on sur le blog de Pascal Mercier, directeur associé de Aelios Finance. Cependant parmi les centaines de professionnels du secteur, il est difficile de cibler efficacement les interlocuteurs à approcher tout en leur faisant passer le bon message. L’intermédiation devient un élément clé. »

Pascal Mercier assiste les entrepreneurs depuis 1999. Sur ses conseils, l'éditeur de la plateforme de téléchargement de jeux Boonty a clôturé son deuxième tour de table en juillet dernier. Le fond d'investissement Entrepreneur Venture a apporté plus de 500.000 euros au capital de la société. Le tour de table a été arrondi à 750.000 euros par OTC Asset Management, investisseur déjà présent lors de la première levée en mars (lire l'article du 25/03/2004). »

***

Commentaire : je confirme que nous ne sommes pas cinq associés mais six associés; Jacques-Henry Piot, Thibaut de Monclin, Alain Lostis, Jean-Denis Cornillot , Eric (qui est cité plus haut) et moi (la plus belle équipe du secteur ?!)
Aussi : j’ai été étonné d’apprendre qu’un nombre important de journalistes du secteur suivaient mon blog (et le JDN fait un lien vers mon blog). Sympa non ?

Au fait : chers amis lecteurs du Journal du Net, bonjour !

"D’anciens partenaires de Chausson Finance montent Aelios"

08/09/2004 dans Capital Risque, Entreprendre, Levée de fonds | Commentaires (8)

Extrait d’un article des Echos paru ce jour :

«( …) Les six partenaires qui entouraient le fondateur, Christophe Chausson, viennent de créer leur propre entreprise, baptisée Aelios Finance. Une séparation négociée depuis quelques mois qui aurait fini par se faire à l’amiable.
Le nouveau cabinet regroupe des compétences qui couvrent la plupart des domaines de l’innovation, que ce soit dans les technologies de l’information ou les biotechnologies. Et au-delà : « Nous voulons couvrir toutes les PME innovantes, y compris dans les secteurs traditionnels », explique Alain Lostis, l’un des spécialistes bio-tech d’Aelios. Toutes les entreprises qui peuvent bénéficier d’une injection en capital sont concernées. » Et elles sont nombreuses : une demi-douzaine d’entreprises auraient déjà confié un mandat à Aelios. « Les banques d’affaires classiques sont mal équipées pour satisfaire une clientèle d’entrepreneurs dont c’est souvent la première opération en haut de bilan », assure son nouvel associé Eric Felix-Faure, qui s’occupe du secteur des médias.

(…) Aelios Finance ambitionne de réaliser jusqu’à 20 opérations dès la première année. Cela comprend des fusions et des acquisitions, et même des LBO (rachat à effet de levier) (…) Mais l’essentiel des affaires consistera en levées de fonds. « Le microcosme du capital-risque a recommencé à investir », indique un autre partenaire de la firme, Pascal Mercier. Pour lui, cependant, « il reste à réconcilier entrepreneurs et capital-risqueurs, car la crise de ces dernières années a aussi été une crise de confiance ». Le rôle, précisément, de ces intermédiaires. »

Voila pour l'article et au fait, notre "baseline" est Affectio Societatis. Je reviendrai la-dessus.

Ma Photo

février 2014

lun. mar. mer. jeu. ven. sam. dim.
          1 2
3 4 5 6 7 8 9
10 11 12 13 14 15 16
17 18 19 20 21 22 23
24 25 26 27 28