Logiciels en mode ASP : c’est le moment

29/05/2006 dans Entreprendre | Commentaires (10)

Attention, quand je dis logiciels en mode ASP (ou « on demand »), je veux dire des vrais logiciels ASP, pas des trucs qui étaient dans des boites que l’on a bidouillé pour que ça marche en ASP.
Pourquoi est-ce le moment ? Car les sociétés sont massivement équipées en ADSL. Mais encore ? Car le succès de Salesforce.com est immense (du CRM) et je suis de près aussi le succès de NetSuite (du PGI) qui va s’introduire sur le Nasdaq.
Les années 1985-1995 ont été les années où les entreprises se sont équipées en PC, une rupture, et il fallait vendre des boîtes. 2005-2015 seront sûrement les années de l’ASP pour les logiciels d’entreprises.

TrackBack

URL TrackBack de cette note:
http://www.typepad.com/services/trackback/6a00d83421377253ef00d834c3c9d069e2

Listed below are links to weblogs that reference Logiciels en mode ASP : c’est le moment:

Commentaires

Ca me fait chaud au coeur, ce post :-)
Je suis tout a fait d'accord avec toi la dessus, l'avenir est à l'ASP, y compris pour la suite Office (ou la suite google, ou...).

Je ne peux qu'être d'accord Pascal :-)

L'avenir à l'ASP, le "software as a service", c'est pour bientôt, c'est sûr. Mais pour quand exactement ?

Un exemple concret : Je vends un logiciel de gestion des absences en techno web. J'ai deux distributeurs pour ce produit, un qui ne le vend que sous forme de licence et l'autre, plus important en taille, qui ne le propose que sous forme de service en ligne.

Pourtant, le fait est que le premier distributeur (celui qui vend des licences) signe entre 5 et 10 fois plus de contrats que le second (celui qui vend du service), alors qu'ils attaquent tout deux la même cible (boîtes de 50 à 200 personnes).

Mon sentiment est que le marché n'est pas encore prêt. Il y a deux obstacles principaux.

Le premier est la réticence des directions informatiques à aller dans cette direction. Sous des prétextes souvent fallacieux (sécurité...), elles s'opposent à l'introduction de ce genre de solutions qui remettent en cause l'existence même d'une direction informatique au sein d'une entreprise.

Le deuxième point est plus technique. Une application hébergée au sein d'un intranet est plus facile à intégrer dans le système d'information. Il est également plus facile de s'y connecter (via un SSO, par exemple).

Ma conclusion. Ce n'est pas avant plusieurs années que mon chiffre d'affaires service dépassera mon chiffre d'affaires licence. J'en suis désolé car pour un éditeur, l'ASP, c'est du pur bonheur : il n'y a qu'une seule appli à maintenir.

Gilles > vendre de l'ASP en indirect : pas facile. On en parle qd tu veux.

Je partage totalement l’avis de Gilles Satgé.

Beaucoup d’acteurs cherchent à torpiller l’ASP parce que ce mode d’utilisation du logiciel les met en danger.

Un bon gros ERP, avec une grosse armée de consultants pour accoucher d’un machin bien cher mais pas flamboyant a encore pas mal d’avenir. Pourquoi ? Tout simplement parce que beaucoup en vivent.

D’autre part, il faut savoir de quoi on parle. ASP mutualisé ou dédié ?

Par ailleurs, il ne faut pas confondre modèle d’exploitation de l’application et modèle de princing. On peut très bien vendre un soft en faisant payer une licence et exploiter ce soft en ASP.

Bref, on peut mixer les approches.

En ce qui nous concerne, l’ASP est une offre à notre catalogue, pas un dogme. 4/5 de nos ventes ne sont pas de l’ASP.

Je partage totalement l’avis de Gilles Satgé.

Beaucoup d’acteurs cherchent à torpiller l’ASP parce que ce mode d’utilisation du logiciel les met en danger.

Un bon gros ERP, avec une grosse armée de consultants pour accoucher d’un machin bien cher mais pas flamboyant a encore pas mal d’avenir. Pourquoi ? Tout simplement parce que beaucoup en vivent.

D’autre part, il faut savoir de quoi on parle. ASP mutualisé ou dédié ?

Par ailleurs, il ne faut pas confondre modèle d’exploitation de l’application et modèle de princing. On peut très bien vendre un soft en faisant payer une licence et exploiter ce soft en ASP.

Bref, on peut mixer les approches.

En ce qui nous concerne, l’ASP est une offre à notre catalogue, pas un dogme. 4/5 de nos ventes ne sont pas de l’ASP.

Pour la sécurité, l'ASP c'est justement la possibilité d'offrir à tous un accès à une appli sans pénétrer dans le réseau de l'entreprise.
Alors pour des appli contenant des données non stratégiques comme la réservation de salle ou la gestion des absences, la sécurité est un bon argument plaidant en faveur de l'asp et pas l'inverse.

Avec l'ASP y'a quand même un sentiment de perte de controle du système.

C'est pas non plus la panacée.

A mon avis, le modèle ASP va avant tout interesser les PME qui souhaitent utiliser des outils puissants et des architectures ouvertes et qui n'ont pas les moyens de ces ambitions (matériel, humains, logiciels, organisationnels). L'ASP est totalement adapté pour cela. Pour les grosses boites, l'investissement est à amortir, l'équipe informatique est à occuper, bref, les DSI devront externaliser à petite dose avant de se lancer sur un mode applicatif ASP...et alléger leurs équipes. Voilà un des freins au developpement de l'ASP...

Drôle de lire cet article 3 ans plus tard.
Aujourd'hui l'acronyme a changé ; on parle de SaaS ( Software As a Service ) et également les mentalités.
Je pense que les entreprises sont en train de sauter le pas.
Ca va vite.

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.

Ma Photo

février 2014

lun. mar. mer. jeu. ven. sam. dim.
          1 2
3 4 5 6 7 8 9
10 11 12 13 14 15 16
17 18 19 20 21 22 23
24 25 26 27 28