Ou sont les femmes ?

12/01/2005 dans Capital Risque, Entreprendre | Commentaires (18)

Constat : le secteur du capital-risque et des entrepreneurs IT est une industrie composée à plus de 90% d’hommes (et c’est aussi le cas, dans une moindre mesure, aux Etats-Unis). Pourquoi ? Je ne sais pas vraiment, mais s’il y a des causes, il y a peut-être des solutions. Vos idées sont les bienvenues pour féminiser un peu notre monde de brutes…:-)
(P.S. : je sais, nous sommes 6 associés chez Aelios Finance et que des mecs…).

TrackBack

URL TrackBack de cette note:
http://www.typepad.com/services/trackback/6a00d83421377253ef00d8346f586e69e2

Listed below are links to weblogs that reference Ou sont les femmes ?:

Commentaires

Bonjour,

Nous avions posé la question à Guy Zarzavatdjian ,lors d'un petit-dej que j'avais organisé ds le cadre du club Finance des anciens de Dauphine. Il avait répondu qu'il ne recevait pas beaucoup de CV féminins. Je vais donc m'empresser de contacter les femmes du Club Finance, de Paris Professional Women Network (réseau de business women dont je fais partie, considéré comme un des 12 think tanks français par le Journal du Management, nous sommes 700 en France, 3000 en Europe) pour leur dire d'envoyer leur CV à Aelios Finance. Pascal, vous êtes d'accord?

Elles sont 2500/m2 aux Galeries Lafayette en ce moment à s'arracher le chemisier rouge en 36 à -30% !

"Vos idées sont les bienvenues pour féminiser un peu notre monde de brutes…:-)"

Prenez une secrétaire ;o) !!!

P.S.: Un peu d'humour mesdames...

Pascal > Quelle est la proportion de femme dans les équipes des business plans que tu reçois ?

Patricia : merci ! Ok pour recevoir des CV de femmes qui veulent faire de la levée de fonds (nous prévoyons normalement d'embaucher à partir d'avril - si tout va bien !).

Valéry > Nous avons une asistante - comptable, Nathalie, notre reine -mère :-).
Le sujet est qu'il n'y a pas assez de femmes en front, pas en back.
Business plan de femmes : 1% je dirais...

Peut-être faudrait-il poser la question directement à cyber-elles.com "qui a pour vocation de réunir toutes celles,
encore trop peu nombreuses, qui jouent un rôle dans les NTIC."
C'est évidemment une dame (Marie pour ne pas la citer) qui m'a parlé de ce "business club".
Je suis sûr qu'elles doivent avoir plein de réponses ;-)

Merci Pascal,

Votre proposition a été posté sur le message board de PPWN. Vous allez certainement recevoir beaucoup de CV de femmes.

Amicalement

Patricia

Citons quelques patrons femmes (patronnes ou matronnes??). Marie Meynadier, CEO de Biospace une société de technologies appliquées au médical (pas entièrement IT, mais tout de même des logiciels de reconstruction 3D) qui vend des produits très pointus aux plus gros labos pharma du monde. Pour en savoir plus: http://www.biospace.fr

Si on regarde le parcours et les études faites par les entrepreneurs en IT, la plupart sont originaires d'écoles d'ingénieurs. Hors en école d'ingénieur, ce ne sont pas les filles que l'on croise le plus : je parle d'expérience !
A mon époque, en première année, on était 10 sur une promo de 120 !
Une des voies d'amélioration du taux de femme entrepreneur en IT est donc la formation. Il faut réussir à attirer plus de filles dans les fillaires scientifiques. Surtout que l'on peut démarrer par des études scientifiques pour aller vers d'autres secteurs par la suite ... et revenir un jour à l'IT. Inversement biensûr, mais l'IT fait parfois peur : trop technique pour moi disent certaines.

Stéphanie
Une entrepreneuse (!) issue d'une école d'ingénieur (ENST)
Membre du PWN (aussi)

Si on regarde le parcours et les études faites par les entrepreneurs en IT, la plupart sont originaires d'écoles d'ingénieurs. Hors en école d'ingénieur, ce ne sont pas les filles que l'on croise le plus : je parle d'expérience !
A mon époque, en première année, on était 10 sur une promo de 120 !
Une des voies d'amélioration du taux de femme entrepreneur en IT est donc la formation. Il faut réussir à attirer plus de filles dans les fillaires scientifiques. Surtout que l'on peut démarrer par des études scientifiques pour aller vers d'autres secteurs par la suite ... et revenir un jour à l'IT. Inversement biensûr, mais l'IT fait parfois peur : trop technique pour moi disent certaines.

Stéphanie
Une entrepreneuse (!) issue d'une école d'ingénieur (ENST)
Membre du PWN (aussi)

Rassurez vous si d'aventure il me venait à l'esprit de vous demander des fonds pour développer mon concept :)) et par là même vous streser par cette demande, je me ferais le plaisir de vous offrir une consultation gratuite de sophrologie :)))
Je vous invite donc à visiter mon blog en création .
"Relaxieusement vôtre "
Nathalie

Pascal: tu deviens trop américain. tu veux faire de la discrimination positive. POurquoi vouloir féminiser à tout prix. les femmes n'ont pas de difficultés à faire ce métier donc si il n y en pas beaucoup c'est simplement parce qu'elles préfèrent autre chose. Dans certains secteurs de la finance de marchés, il n y a que des femmes. Personne ne demande à hommiser le secteur. Tu ne serais pas en train d'essayer de te faire bien voir par une investisseuse militante ? ;-)
Moi, je cherche depuis des années une commerciale pour vendre de l'offshore (parce que tout le monde sait que les clients potentiels sont toujours bcp plus sympas avec les dames) et je n'en n'ai jamais trouvées ..j'en ai déduit qu'elles préfèrent d'autres occupations notamment celle d'être des femmes...

Heu... lever, c'est une occupation sympa pourtant ;-)

Tout à fait d'accord avec Stéphanie sur l'importance de la formation. De mon côté à Centrale, ça stagne autour de 15% de présence féminine ... Il y a là un vrai travail d'information à faire sur la nouvelle réalité des écoles d'ingénieurs : "facilité" de les intégrer (augmentation généralisée de la taille des promos et désaffection des prépas), et ouverture à des voies plus ou moins techniques.

J'avais été également surpris de voir en Suède (pays pourtant réputé pour ses nombreuses VCs, entrepreneures et femmes au top management) du même phénomène. À la différence de la France cependant, il y a des programmes intéressant qui sont mis en place (par ex. "Entrepreneuriat et IT").

Pour Pierre,

Si vous souhaitez recruter une commerciale pour vendre de l'offshore, faites moi passer une description de fonction courte, je la posterai sur le message board de PPWN. Il y a ds nos 700 membres des jeunes femmes parlant entre autre le russe et ayant une expérience commerciale.

Amicalement

Patricia

Pierre > Les femmes ont beau pouvoir faire ces études commes les hommes, je ne pense pas qu'elles puissent faire ces métiers 'sans difficulté', comme tu dis.

Ne serait-ce que parce qu'une partie du monde professionnel est restée scotchée dans une vision préhistorique.
Genre : si elle fait ça, c'est que ça doit être une militante, elle est pas 'normale'.

Savais-tu que certains hommes sont encore convaincus de nos jours que les femmes font de bonnes commerciales, tout simplement car ils ne leur vient même pas à l'idée qu'en 2005 certains clients puissent être des... clientEs ?
(On ne s'arrêtera pas sur leur présupposé que le 'charme' est la qualification d'une commerciale... :-/ ).

Je ne saisis pas bien ce que tu veux dire par "j'en ai déduit qu'elles préfèrent d'autres occupations notamment celle d'être des femmes..." : peux-tu développer, par exemple ce qu'est 'être homme' ?

bonjour, vous ne mentionnez à aucun moment le "présupposé" rôle de la femme qui est d'enfanter. La société, le monde du travail, l'éducation ne permettent toujours pas aux femmes de progresser professionnellement et d'avoir des enfants en même temps, sans qu'elles soient culpabilisées ou stoppées dans leur ascension.
Anticiper au niveau du collège et lycée en promouvant l'entrepreneuriat avec ou sans IT est capital certes .. mais tout doit suivre : mentalité, cursus, structures de garderie adaptées.. Le chemin est long ..
Parmi tous nos bloggueurs (beaucoup entrepreneurs), qui passent plus de temps que leurs femmes à s'occuper de leurs enfants ?!!!
Psychozilla > Diane Tell a la réponse à ta question ;-)

Merci pour votre initiative Pascal et les autres !
appel à projet !

Il se trouve que je suis partie du constat d'un monopole masculin (dans le professionnel et sur la scène artistique). J'ai alors proposé des événements qui réunissent des artistes femmes dans divers domaines de l'expression artistique; ce dans un intérêt socio-philosophique (pour recomprendre le genre féminin dans notre contexte actuel) et dans un intérêt marketing pour féminiser des images d'entreprises et de marques (ce que je veux vraiment développer : www.girlsatwork.org/bc). J'en viens maintenant à continuer à trouver des budgets de communication pour ces événements : Girls at Work.

Je sollicite aussi votre participation car je veux maintenant créer un business club de femmes (invitées à des événements d'art Girls at Work). ce business club cherche tous les partenaires et collaborateurs nécéssaires à son élaboration.

merci à ceux qui m'écriront à cecile@girlsatwork.org

a bientôt,

Cécile

ps : je viens de finir de produire un film d'hommage aux femmes du cinéma expérimental et suis aussi en recherche de partenaire pour cet outil de communication dvd 8 cm.

Bonjour,

Je suis ravie de voir que ce débat suscite (enfin) de l'intérêt !

Si vous êtes intéressés par la visibilité des femmes entrepreneurs ou en "front" c'est à dire occupant des postes à responsabilités, pourquoi ne pas nous aider en sponsorisant Cyber Elles ?

C'est exactement notre objectif et le profil de nos membres .... (www.cyber-elles.com)

N'hésitez pas à me contacter pour donner de la suite à vos idées !

Bien Cordialement,

Séverine Smadja
Présidente Cyber Elles

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.

Ma Photo

juillet 2014

lun. mar. mer. jeu. ven. sam. dim.
  1 2 3 4 5 6
7 8 9 10 11 12 13
14 15 16 17 18 19 20
21 22 23 24 25 26 27
28 29 30 31