mars 2004 (36 articles)

Apple is a fashion company

31/03/2004 | Commentaires (0)

Vu sur le blog de Seth Godin , une reprise d’un fou de Mac japonais.

Le USER INTERFACE de Google vient de changer, beurk ou cool ?

31/03/2004 | Commentaires (2)

Les changements sont certes légers, mais j’ai été plutôt désagréablement surpris.
Nostalgie peut-être.

Votre opinion bienvenue.

COMMENTAIRES–COMMENTS–COMMENTI–COMENTARIOS

31/03/2004 | Commentaires (5)

Depuis que je suis passé sur Typepad pour mon blog, j’ai droit à une fonction "Statistics and Referrers" qui me donne le nombre de visites, pages vues etc.…

Cette fonction était bof bof sur Ublog… Mais mon ami Loic a réagi en s’appropriant la techno Typepad en Europe. Bien joué Man.

By the way, c’est ce Monsieur qui m’a converti au blog, il y a quelques semaines.

Je suis un lilliputien du blog avec quelques centaines de visites par semaine et quelques centaines de pages vues en plus (à comparer avec, par exemple, Joi Ito , le blogger du Japon, qui arrive à…30 000 pages vues par jour).

Bon, mais voilà, j’y arrive :

Je pense que le blog est fait pour réagir.
Un blog n’est pas un journal où l’on pas d’autre choix que celui d’être passif. Quand je passe par un blog, je réagis, je commente, j’applaudis, je dis non, je dis oui, je dis… J’essaye de faire un commentaire car sans commentaire, le blog n’est pas un blog, mais un oukase.

Humpf ?

Venez voir la nouvelle version du blog de Mathieu Nouzareth sur Typepad

31/03/2004 dans Pubs pour mes amis | Commentaires (5)

Tiens, l’ami Mathieu Nouzateth vient aussi de craquer pour Typepad . Précédemment, il était sur Ublog aussi.

Si vous êtes intéressé par l’économie des contenus digitaux, je vous conseille vivement de lire quotidiennement le blog de Mathieu. Mathieu sait de quoi il parle, il est un des deux fondateurs de Boonty, le numéro 1 du téléchargement de jeux sur Internet.

Au fait, avez-vous déjà essayé de télécharger des jeux Boonty ? Tous les jeux sont gratuits à l’essai. Essayez par exemple ici, chez Wanadoo .

Je suis preneur de vos commentaires en retour.

Article des Echos : Start-up françaises : le retour des acheteurs américains

31/03/2004 dans Capital Risque, Pubs pour mes amis | Commentaires (5)

Si vous êtes abonnés aux Echos en ligne (ce n’est pas mon cas), cliquez ici .

Si vous recevez les Echos, allez à la page 27 et lire l’article Start-up françaises : le retour des acheteurs américains.

Au fait, après Soamai, Kelkoo et Wokup, une autre start-up française va bientôt être vendue à des américains (je croise les doigts).

L’identité numérique peut commencer à … 8 ans

30/03/2004 | Commentaires (1)

Mon fils aîné, Jules, est un passionné de tennis. À la demande de ses professeurs, sa maman et moi l’avons inscrit à des tournois et les résultats sont au rendez-vous ; il est régulièrement vainqueur ou finaliste (je suis un papa très fier !).

Je me suis amusé à taper « Jules Mercier » Tennis sur Google et on tombe sur cela .
A huit ans, on peut déjà avoir un bout d’identité numérique, affolant.

Crash de Charm el Cheikh, trois mois après, nouvelles émotions

30/03/2004 | Commentaires (1)

J’ai eu un post dernièrement sur ma note du 7 janvier dans laquelle je parlais du crash de Charm el Cheikh.

Le post provenait de Philippe, une personne qui a perdu une partie de sa famille lors de la catastrophe. Philippe voulait savoir si j’avais eu des contacts avec sa famille, ce qui est possible car nous étions dans le même hôtel.

J’ai fait un mail à Philippe pour que l’on se parle et il m’a proposé de me faire parvenir des photos des disparus.

J’ai reçu aujourd’hui les photos. Les ouvrir n’a pas été un bon moment, c’était dur.
On y voit un papa, une maman, un petit garçon...

Bouleversant.

Je n’ai pas reconnu les personnes. Peut-être que les amis avec qui j’étais les reconnaîtront et pourront évoquer à Philippe leurs derniers moments. Je leur ai fait suivre les photos.

Philippe me demande de donner les coordonnées de l’association des familles des victimes de la catastrophe, les voici :

Association de défense des familles des victimes de la catastrophe de Charm el Cheikh
Association de la loi de 1901.
n° d'enregistrement 16 111 739
7 allée du ruissseau
92160 Antony
Président : M. Marc Chernet , marc.chernet@wanad... (a vous de compléter le nom de domaine, because les robots "aspirateurs" d'adresses mail pour spammer).

Si l’un de vous a des informations, des photos de groupes etc., contactez l’association.
Pour une interview de Marc Chernet, cliquez sur le titre.

Lutte contre le spam : ils ne sont franchement pas très fins chez AOL

30/03/2004 | Commentaires (4)

Article de la BBC, cliquez sur le titre pour le lire. Je résume :

AOL veut montrer qu’ils luttent férocement contre les spammeurs. Ils le prouvent car la société vient de gagner un procès contre un spammeur et ils ont même confisqué sa Porsche. Celui-ci avait envoyé des millions de mails aux membres d’AOL.

Et là, ce que l'on peut lire est hallucinant : le porte-parole d’AOL, Mr Boe, explique que le spammeur roulait en Porsche car il avait gagné un bon million de dollars avec son activité de spamming :

"According to AOL’Mr Boe, the Porsche's previous owner made more than $1m by sending junk e-mail."

Bon, on a compris qu’en spammant les membres d’AOL on peut gagner des millions.

Note de Loic le Meur : "Gauche ou droite, peu importe, meme combat, rien ne change"

29/03/2004 | Commentaires (0)

Excellente note de Loic Le Meur.
A lire sur son blog. Cliquez sur le titre.

Le numéro un de Citato vient de sortir

29/03/2004 dans Entreprendre, Pubs pour mes amis | Commentaires (1)

Pour mémoire : Citato est un magazine gratuit d’information générale, dont l’objectif est de faire découvrir et aimer la lecture de la presse aux lycéens. Citato est distribué dans les CDI de 1300 lycées, répartis dans plus de 600 villes sur tout le territoire français.

Une réussite le numéro 1 de Citato, la maquette est super, les articles sont parfaitement ciblés et bien écrits. Citato est bien parti pour devenir une success story.

Je vois que Citato a déjà réussi a vendre un bon nombres de pages de pub mais vu que le magazine est gratuit, il en faudrait encore plus. Si vous êtes un annonceur et que vous passez par ici, pensez à Citato, le seul gratuit ciblé lycéens et surtout le seul gratuit distribué à l’intérieur des lycées.

Message personnel au fondateur de Citato, Xavier : tu devrais passer encore plus de temps sur Citato et moins de temps à jouer au tennis, comme ça je pourrai te mettre la pâtée !

Boonty dans Capital Finance - Les Echos

29/03/2004 dans Capital Risque, Entreprendre, Levée de fonds | Commentaires (8)

Voici l'article paru ce jour dans Capital Finance, une lettre spécialisée du groupe les Echos et "la bible" des professionels du private equity :

Boonty réunit 2 M€

« C'est le dossier le plus rapidement bouclé depuis quatre ans ! » Pascal Mercier, de Chausson Finance, n'en revient pas : « Boonty touche pourtant des segments peu prisés par les VC's : Internet, commerce électronique et jeux vidéo. » Mais cela n'a pas dissuadé OTC AM de miser 1,5 M€, dans un premier tour de 2 M€, complété par Blue Insider, le fonds de Chausson Finance, et par des business angels, dont Philippe Mondan (ancien directeur général de la Fnac), Jean-Louis Richard (ex-KPMG France) et Laurent Maréchaux (ex-Bozell). Créé en 2001 à Paris par Mathieu et Romain Nouzareth, Boonty a mis au point une plate-forme propriétaire qui propose des jeux en téléchargement via des portails Internet en Europe. La trentaine d'éditeurs référencés, dont Ubi Soft, Atari/Infogrames et Acclaim, ont pu ainsi toucher l'an dernier des clients hors de leur cible habituelle : « Il s'agit de joueurs occasionnels, dont 44 % de femmes », explique le P-dg Mathieu Nouzareth.
Le chiffre d'affaires de Boonty, de l'ordre de quelques millions d'euros, n'est pas public. Mais « nous visons l'équilibre dès cette année », poursuit-il. Grâce à cette levée de fonds, Boonty - doté d'une vingtaine de salariés - veut rivaliser avec Real Arcade, la plate-forme de distribution en ligne de jeux de Real Networks.
***
Deal Boonty:
OTC Asset Management : Jean-Marc Palhon
Chausson Finance/Blue Insider : Pascal Mercier
Conseils juridiques : investisseur : Gide Loyrette Nouel (Pierre Karpik) ; société : Bird & Bird (Marc Baffreau, Claire Benier)

Merci à Jean Rognetta, l'auteur de l'article, et à toute l'équipe de Capital Finance pour la qualité de leurs articles.

Hé ho! Amazon.fr commence à vendre discrètement de l’électronique

28/03/2004 dans Capital Risque | Commentaires (1)

Tiens, il semble qu’Amazon France commence à vouloir se lancer dans la vente de produits électroniques (discrètement, dans la rubrique « logiciels »…). Cliquez sur le titre.
Tiens, Kelkoo a fait du bruit au sujet d’une introduction en bourse, et Kelkoo a été acheté par Yahoo!
Vous savez quoi, rueducommerce, la référence en France dans la vente de produits électroniques en ligne, fait du bruit autour d’une probable introduction en bourse.

Tiens donc…

Message personnel à l’attention de Ginette

28/03/2004 | Commentaires (2)

Qui est Ginette ?

Ginette est l’épouse de Jean-Paul.

Jean-Paul ne s’appelle pas Jean-Paul, il porte un nom anglais car il est anglais.
Jean-Paul appelle sa femme Ginette car il trouve ce nom rigolo (en anglais, Ginette ça sonne super !).

Ginette ne s’appelle pas Ginette, son vrai prénom est un prénom composé, donc presque aussi joli que Ginette ;-).

J’ai déjeuné avec Jean-Paul et Ginette aujourd’hui. Jean-Paul m’a dit que Ginette lisait mon blog. Ginette me l’a confirmé, mais elle m’a dit qu’elle n’osait pas faire de commentaire sur mon blog pour rester anonyme.

Alors Ginette, comme ton prénom n’est pas Ginette, j’attends tes commentaires signés Ginette.

Un serial entrepreneur ne s’arrête jamais, celui que je viens de revoir à 60 ans !

27/03/2004 dans Entreprendre, Pubs pour mes amis | Commentaires (4)

Sur Marseille, la semaine dernière. J’appelle un vieil ami de la famille, un ami de mes parents que je n’ai pas vu depuis très longtemps. Michel Gamet. Michel était un grand pilote de rallye amateur (on peut le voir sur Google) et il est surtout un serial entrepreneur.

La dernière fois que je l’ai vu, il y a neuf ans, il venait de vendre une affaire de fabrication de chambres froides à un grand groupe pour se lancer dans….le surf. A près de 50 ans !

Depuis il a développé et revendu avec succès sa première affaire de vêtements de surf et, à 60 ans, il vient de lancer une nouvelle affaire, toujours dans le surfwear. Il a déjà une trentaine d’employés et, basé sur ses commandes, il fera un chiffre d’affaires impressionnant et près de 80% de croissance. Il compte revendre son affaire d’ici quelques années, comme les autres. Et à mon avis il en montera encore une, à 65 ans cette fois !

J’ai expliqué à Michel que j’étais sur Marseille pour étudier le domaine du RFID (Radio Frequency Identification), une technologie qui permet de faire des étiquettes intelligentes détectables à distance. Je lui explique que l’industrie du textile utilisera cette technologie dans un avenir proche au détriment du code à barres. Il le note.

Le lendemain, donc quelques heures après, il s’est renseigné sur le RFID, sur Internet sûrement. Il me demande de le mettre en contact avec l’industriel de référence du secteur, une société marseillaise, Tagsys, ce que je fais. Le rendez-vous est pris.

Michel est un serial entrepreneur de 60 ans et en plus il est un early adopter, un early adopter de 60 ans !
J’espère que lorsque j’aurai 60 ans, je serai comme Michel.

Chapeau Chappaz !

27/03/2004 dans Capital Risque, Entreprendre | Commentaires (0)

Kelkoo se vend à Yahoo! Pour 475 millions d’euros, cash.

J’ai rencontré Pierre Chappaz, il y a trois ans, lors d’une conférence de l’EBG (Electronic Business Group) ou nous étions tous les deux speakers. On pouvait tout de suite voir que l’homme était brillantissime et qu’il avait déjà une vision claire de ce qu‘était Kelkoo.

Pour nous les utilisateurs, pour Madame Michu, Kelkoo est un shopbot, un comparateurs de prix. Pour les clients de Kelkoo, les marchands, Kelkoo est une fantastique machine à apporter des prospects qualifiés et cela a une énorme valeur.

À côté de cela, Pierre Chappaz, avec l’aide de ses investisseurs, a réussi à créer un leader en Europe (en Angleterre Kelkoo est leader, sans s’appeler WhattKost ;-). Pierre Chappaz est une redoutable machine à exécuter.

Parallèlement, il faut avoir de la chance dans la vie et il semble que Pierre Chappaz en ait : depuis l’avènement de Google, il y a une guerre des grands autour de la fonction « search », les grands étant Google, Microsoft et Yahoo!.

Kelkoo, c’est du search. La société ne pouvait qu’intéresser un grand.

Pierre Chappaz l’a bien compris, il a commencé à faire du bruit autour d’une introduction en bourse pour faire réagir les grands et faire monter les prix.

Au final, c’est Yahoo! qui a le deal pour 475 millions d’euros. Si je vous dis que je trouve cela pas très cher… Pierre Chappaz et ses investisseurs mériteraient encore mieux.

Coup de gueule (amical) auprès du Journal du Net

27/03/2004 dans Capital Risque | Commentaires (5)

Je n’ai pu me connecter que très brièvement aujourd’hui, j’étais sur Marseille chez un client. Je passe cependant par le Journal du Net et remarque un article qui concerne Boonty. Extrait:

"Boonty vient de boucler un premier tour de table de 2 millions d'euros, auprès d'OTC Asset Management (qui a contribué à hauteur d'1,5 million). Le reste provient de contributions de différents business angels…Dans cette opération de financement, Chausson Finance est intervenu en qualité de conseiller en placements privés et fusions-acquisitions. "

L’article est signé par Philippe Guerrier dont j’apprécie le talent et le professionnalisme mais m.. ! Réussir une levée de fonds est comme marquer un but, le but de la victoire. Le JDN cite Chausson Finance comme on citerait l’OM, mais en oubliant de citer le nom du ou des buteurs.

J’ai appelé Philippe Guerrier pour lui faire part de mon sentiment.
J’ai ajouté que, lorsque j’ai sélectionné le dossier Boonty, et personne d’autre ne l’a sélectionné pour moi, la période était anti-dossiers Internet. Le dossier Boonty était une accumulation de gros mots : start-up, Internet, jeux vidéo, équipe de deux personnes seulement, chiffre d’affaires naissant etc.… . Boonty était la caricature du dossier qui devait faire fuir tous les investisseurs en capital-risque.

Et pourtant j’ai sélectionné Boonty.

Pourquoi ? D’abord sur la personnalité des fondateurs, Mathieu et Romain Nouzareth. Ensuite parce que l’offre de Boonty est du bon sens à 100%. Enfin, j’en avais assez de la période anti-start-up Internet. Je voulais faire un dossier pur Internet (depuis trois ans, je me suis concentré sur des dossiers technos comme Soamai, Kaidara, DO-Labs, SWT, TempoSoft…).

Les Nouzareth et moi tombons d’accord pour travailler ensemble en août 2003 pour une mission qui devait commencer fin septembre début octobre.
L’histoire qui suit est fantastique. Boonty signe clients sur clients et exécute magnifiquement. Parallèlement nous travaillons sur un dossier de présentation qui est prêt début novembre et que nous diffusons sur une trentaine d’investisseurs.

Nombreux ont été les investisseurs qui m’ont presque ri au nez ; "franchement, un dossier Internet, qui traite de jeux video, et en post amorçage en plus, non merci… ". Pourtant, une dizaine d’investisseurs ont été d’accords de nous recevoir, dont Jean-Marc Palhon d’OTC Asset Management. Il a été le plus rapide à dégainer (il a travaillé intensément sur le dossier pour nous faire une offre en moins de cinq semaines, un record dans l’industrie. Bravo Jean-Marc). Cinq autres investisseurs étaient près à investir dans Boonty, des grands noms dans l'industrie. Un autre record dans la période.

Attention, malgré cette belle histoire, le métier de leveur de fonds n’est pas facile (d’ailleurs, près de 80% de mes confrères ont disparu sur ces deux dernières années) et nos succès ne découlent pas du hasard mais du bon sens, d’expériences passées, d’heures passées pour ne pas dire de nuits blanches, et de ce que les anglo-saxons appellent le comitment.

Je m’emporte. Alors je conclu en complétant l’article de Philippe Guerrier (Philippe, je profite du pouvoir du blog ! et un petit merci à Loic au passage). Je remercie les personnes suivantes : Mathieu et Romain Nouzareth qui sont des pros, dans la gestion de Boonty mais aussi dans un processus de levée de fonds. Merci aux business angels qui ont fait confiance à Boonty dès l'origine du projet. Merci aux investisseurs qui ont été a deux doigts d’investir dans Boonty qui ont été freinés par leur comité mais qui nous ont donné de précieux conseils, ils se reconnaîtront. Merci a mes amis leveurs de fonds qui eux aussi m’ont donné des conseils précieux comme Thibaut de Monclin ou Eric Felix-Faure. Merci aux avocats qui ont été très constructifs lors du processus, Marc Baffreau de Bird&Bird et Pierre Karpik de Gide.
Et merci aux, déjà, milliers de clients de Boonty.

P

P.S : dernière minute.
Je trouve ceci dans ma boîte mail :

De : "Philippe Guerrier"
Répondre à : ________
Date : Fri, 26 Mar 2004 14:57:42 +0100
À : "Pascal Mercier"
Objet : Urgent/Réaction Yahoo-Kelkoo

Bonjour,

A la suite de l'annonce du rachat de Kelkoo par Yahoo, nous récupérons une
série de "réactions à chaud" sur l'opération de la part de professionnels
du Net.
http://www.journaldunet.com/0403/040326yakoo.shtml

Pourriez-vous répondre par mail à ses quelques questions :

* axu premiers abords, que vous inspire le rapprochement Yahoo-Kelkoo ?
* Que pensez-vous du dispositif financier : montant du rachat (475 millions
d'euros en cash )? Etes-vous surpris ?
* En tant qu'opérateur placements privés et fusion/acquisition, que vous
inspire cette opération ?

Pouvez-vous nous apporter une réponse d'ici la fin de l'après-midi ?

Merci d'avance de votre réponse,

Salutations sincères,

Philippe GUERRIER
Rédacteur - Journal du Net
Mail : ___________
Benchmark Group
4, rue Diderot 92150 Suresnes
www.journaldunet.com

*

Flûte, impossible de répondre. Je suis arrivé de Marseille bien trop tard.
Merci Philippe d’avoir pensé à moi ;-)
Je bloguerai la dessus.

Boonty : je ne m’en lasse pas

23/03/2004 | Commentaires (0)

Voici le lien pour le communiqué de boonty en français.
Le même en anglais.

Marseille

23/03/2004 | Commentaires (5)

Je serai demain et pour trois jours sur Marseille. J’aime Marseille, un des plus beau site du monde. Je reverrais d’avoir une maison sur la corniche avec une vue sur la rade et les îles.

Si l’un d’entre vous est déjà allé dîner dans la calanque de Sormiou, il partagera encore plus ce sentiment.

Par contre, je ne digère toujours pas le fait que la Coupe America se retrouve à Valence, en Espagne alors qu’elle aurait dû être à Marseille. Certains ont mal fait leur boulot. Je pense aux syndicalistes qui ont eu la bonne idée de lancer une grève des éboueurs pendant la visite du comité d’organisation de la Coupe.

Personne n’aurait des statistiques qui prouvent que des syndicalistes irresponsables sont économiquement aussi nuisibles que le terrorisme ?

Levée de fonds de 2 millions d’Euros pour Boonty

23/03/2004 dans Business Angels, Capital Risque, Entreprendre, Levée de fonds | Commentaires (4)

C'est officiel ! Voici le communiqué de presse :

COMMUNIQUE DE PRESSE. Pour diffusion à partir du 22 Mars 2004

Premier tour de table institutionnel de 2 millions d’Euros pour Boonty, le leader européen du téléchargement de jeux sur Internet

Paris (France), le 22 Mars 2004

La société Boonty (www.boonty.com) vient de clôturer un premier tour de table institutionnel de 2 millions d’Euros auprès d’investisseurs privés et du fonds OTC Asset Management.

Créée en 2001, Boonty a développé une plate-forme technologique de téléchargement de jeux vidéo payants, comprenant des fonctionnalités de gestion et un contenu de jeux uniques sur le marché, destinée aux grands portails Internet.

Pour Jean-Marc Palhon, Directeur Général d’OTC Asset Management et investisseur chef de file de l’opération avec 1,5 millions d’euros investis, « J’ai été sensible aux volumes de revenus générés par Boonty et par leur constante progression. La rapidité et la qualité d’exécution pour la mise en ligne de la plate-forme Boonty chez les plus grands portails européens ont achevé de me convaincre. Il ne m’a pas fallu plus de quelques semaines pour me persuader de réaliser l’investissement. »

En effet, la plate-forme, livrable clé en main et en marque blanche aux grands portails Internet, a déjà séduit plusieurs dizaines de partenaires de premier plan dont Wanadoo, T-Online, Yahoo! Europe, Club-Internet, Tiscali Europe, Telecom Italia, Noos, Virgin, Eresmas, … Un tel succès s’explique facilement : pour la majorité des portails partenaires de Boonty, l’offre de jeux en téléchargement est immédiatement devenu la plus importante source de revenus de services payants.

" Cette levée de capitaux nous permettra de consolider notre expansion internationale", précise Mathieu Nouzareth, le Président et co-fondateur de Boonty. Son frère Romain Nouzareth, l’autre fondateur et le Directeur Général de la société ajoute, " nous sommes présents aujourd’hui sur les plus gros pays de la zone Euro, nous allons maintenant pouvoir servir les autres marchés qui nous sollicitent".

Parallèlement, la société qui possède déjà près de deux cents jeux à son catalogue provenant d’éditeurs comme Atari (Infogrames), Ubisoft, Acclaim, Wild Tangent…, va pouvoir développer de nouveaux partenariats pour proposer à court terme plus de cinq cents titres.

Pour Pascal Mercier, qui a opéré la levée de fonds en association avec Chausson Finance, « La qualité d’exécution de l’équipe, la qualité de l’offre et la validité du modèle économique de la société étaient pour moi établies. Il restait alors à convaincre des investisseurs de donner à Boonty d’avantage de moyens pour son développement. C’est aujourd’hui chose faite». Il ajoute. « Cette levée de fonds qui s’est réalisée dans des conditions exceptionnelles montre un retour en grâce des modèles Internet et du E-commerce au sein de la communauté des investisseurs ».

Boonty bénéficie dès à présent d’une position de leader sur le marché du téléchargement de jeux vidéo payants, marché qui dépassera le milliard d’euros d’ici quatre ans selon des études publiées récemment par les cabinets IDC et Jupiter.

Une jeune société Internet lève des fonds

20/03/2004 dans Capital Risque, Entreprendre | Commentaires (0)

Aujourd’hui j’ai conclu ma première levée de fonds depuis plus plus de trois ans pour une société Internet, pur Internet. Et un premier tour en plus, car je ne parle pas d’une société installée comme rueducommerce ou Kelkoo, mais d’une très jeune société qui n’avait jamais été financée par le capital risque auparavant.

La levée de fonds s’est réalisée dans des conditions exceptionnelles. Elle montre un retour en grâce des modèles Internet et du E-commerce au sein de la communauté des investisseurs. Une excellente nouvelle.

Cliquez sur le titre pour voir ce que je disais sur le sujet il y a trois ans. Et plus d’infos la semaine prochaine ...

Danger : la France aurait le plus faible taux de création d'entreprises en Europe

18/03/2004 dans Entreprendre | Commentaires (0)

JDN - Interview de Christophe Cornuéjols, le fondateur de Nomatica. Je reprends un extrait :

"La France a le plus faible taux de création d'entreprises de l'Europe et si cela continue, nous en subirons les conséquences dans quinze ou vingt ans. Pourtant si les français n'ont pas a priori une âme d'entrepreneur, dès qu'on leur donne un coup de pouce, souvent d'ordre psychologique, ils n'hésitent pas à se lancer. "

Créer une entreprise est finalement assez simple. Le problème est qu’en France la place de l’entrepreneur dans la cité n’est pas valorisée. Pour etre encore plus direct : quand on dit qu’on va créer une entreprise, il y a ceux qui sont jaloux (car il n’ont pas le meme courage) et les ceux qui disent « tu vas te planter ».

Ma réponse : on se plante finalement très rarement et, comme dit dans l’entretien, il y a un manque d’entrepreneurs. Profitons-en, créons ! Pour ma part je l’ai fait il y a plus d’an maintenant et jamais je ne reviendrai en arrière.

PS : Merci à Lightman qui a mis le doigt sur cette interview dans son blog.

ASG Acquires Soamaï

17/03/2004 dans Capital Risque, Entreprendre | Commentaires (5)

C’est aujourd’hui officiel. ASG (Allen System Group) a fait l’acquisition de Soamai.
ASG est un des dix plus importants éditeurs privés américains, Soamai est une start-up française.

Je me suis occupé des levées de capitaux de Soamai qui ont eu lieu entre 2002 et 2003. Les capitaux ont été levés auprès de Net-Partners (François Tison), Credit-Lyonais Private Equity (Antoine Colboc) et AGF Private Equity (Nicolas Chaudron) et j’ai fait investir, modestement, un fonds de business angels que je conseille, Blue Insider.

Je suis de près Soamai depuis 2001, année ou j’ai rencontré les fondateurs de la société; Philipe Triem et Eric Didier. Mis 2003, j’ai été nommé administrateur de la société et j’ai donc été un témoin privilégié d’événements qui se sont conclus par la vente de Soamai a un leader américain. Je ferai une note à ce sujet prochainement.

Pour lire le communiqué de presse, voir le site de Soamai (soamai.com) ou cliquez sur le titre pour lire le communiqué à partir du site d’ASG.

Peer-to-peer: les services légaux prennent du poids

16/03/2004 | Commentaires (0)

Article de ZDNet :

Les systèmes d’échange "peer-to-peer" ne sont plus le domaine réservé des internautes, adeptes des téléchargements de musique ou de films. La distribution de contenus légaux par ce biais est devenue une activité commerciale en plein développement.

Alors que le piratage opéré via les réseaux "peer-to-peer" (P2P) est plus que jamais dans le collimateur de l’industrie du divertissement, les entreprises qui ont choisi l'option "légale" des systèmes d'échange de fichiers commencent à en récolter les fruits.

Pour avoir l’article en entier, cliquez sur le titre.

Un événement de taille : un éditeur de logiciel français a été vendu a un éditeur américain

15/03/2004 dans Capital Risque, Entreprendre | Commentaires (2)

La vente a eu lieu vendredi soir, peu avant minuit. Cette vente est un événement. Ce n’est pas tous les jours qu’un éditeur français intéresse un concurrent américain.

Dès que l’information devient publique (d’ici deux jour, je pense), j’essaierai de faire une note sur ce qui a permis à l’éditeur français de rentrer dans le viseur de l’acheteur américain.

La Poste – en franchises !

11/03/2004 dans Entreprendre | Commentaires (7)

Ça existe, en Australie. C’est une des NIB (nouvelles idées de business) du livre de Laurent Edel, « le monde est à nous ».

En Australie, 80% des bureaux de poste sont privés et sous franchise. On y vend : papeterie, accessoires informatiques, fax, téléphones portables, cartes de vœux etc. Les bureaux de poste des petits villages de campagne restent ouverts… et rentables !

En France, la Poste sera privatisée normalement en 2009. J’espère que ce modèle, la franchise, sera proposé.

Nanotechnologies : l’Europe - déjà - à la traîne

10/03/2004 dans Capital Risque, Entreprendre | Commentaires (1)

CNet News.com : « Les États-Unis ont décidé d'investir 800 millions d'euros par an dans la "nanorecherche", quant l'Union européenne n'engagera que 700 millions sur quatre ans. Et les industriels, associés autour de projets communs, en débloqueront à peu près autant.

Lors du Nanotech 2004, grand salon professionnel qui se tient à Boston (7 - 11 mars), le gouvernement américain a rappelé que les sommes qu'il va investir dans tous les domaines des nanotechnologies se montent à 961 millions de dollars pour la seule année 2004 (soit environ 800 millions d'euros). Alors que l'Union européenne a prévu de dépenser en subventions publiques un total de 700 millions d'euros, mais répartis sur quatre ans (2003-2006). »

Là, je n’envie pas les Palois, mais les américains.

J’envie les Palois

10/03/2004 | Commentaires (5)

C’est parti ! Les habitants de Pau vont avoir une offre très haut débit, jusqu'à 100 mégabits par seconde alors que les offres haut débits classiques sont pour nous de…0,5 mégabits/seconde. 200 fois moins.

Merci à Jean-Michel Billaut, le porteur du projet (et le créateur de l’atelier Paribas). Bravo au Maire de Pau pour avoir dit oui au projet de Jean-Michel (quand tous les autres disaient non).

Extrait d’une dépêche de Reuters, ça fait rêver :

PARIS (Reuters) - Pau sera la première ville française à lancer, à la mi-avril, un réseau informatique public à très haut débit, première étape d'un projet de création de pôle technologique dans la région.

Le réseau sera officiellement ouvert le 13 avril en même temps que les premières offres d'accès à internet à très haut-débit (10 et 100 mégabits par seconde), 20 et 200 fois plus véloces que les offres ADSL 512 commercialisées actuellement.

Ces vitesses permettent de regarder la télévision sur internet, de visionner des films de qualité DVD en temps réel, ou encore de télécharger l'équivalent d'un CD en dix minutes.

L'offre de base d’accès à internet comprend une ligne téléphonique permettant de résilier son abonnement à France Télécom et un service de films et de musique à la demande. A terme, 80.000 foyers de l'agglomération paloise pourront en profiter.

P2P : un logiciel peut observer quel fichier est transféré entre deux ordinateurs et bloquer le processus s’il s’agit de piratage

09/03/2004 | Commentaires (9)

La société Audible Magic, une start-up de la Silicon Valley, affirme avoir mis au point ce logiciel. Extrait de l’article du New York Time :

*

The company, based in Los Gatos, Calif., has developed a technology that it says can spot copyrighted materials while they are being passed from computer to computer and block the transfer.

Audible Magic executives say that their software can be used in devices that attach to computer networks, or it can be written into the file-sharing software from companies like Kazaa and Grokster.

*

Les fournisseurs de logiciels P2P seront-ils obligés d’intégrer le logiciel anti-piratage dans leur système ?
Pour l’article complet, cliquez sur le titre (New York Time, l’inscription est gratuite).


JDN : Interview de Jacob Nielsen, le gourou de l’«Usability» des sites Web

07/03/2004 | Commentaires (0)

Interview du pape de la navigation Internet dans le Journal du Net. Sujet qui me tient à cœur (voir plus bas une note sur la société Axance dont le fondateur est en relation avec Jacob Nielsen depuis des années).

Pour l’article, cliquez sur le titre.

Pourquoi lever des fonds auprès de Venture Capitalists est un plus selon Denis Payre

07/03/2004 dans Capital Risque | Commentaires (9)

Extract d'un post de Denis Payre, co-fondateur de Business Objects et fondateur de Kiala à propos de l'interet de chercher à se faire financer par le capital-risque :

Entrepreneurs tend to see only the downside of having to spend time raising fund. I believe it is a very value creating process for at least three reasons: you can confront your ideas and plans with great analytical minds, you can get additional information on the market and send information to the market (through my last fund raising we have clearly discouraged investors to invest in competitors of ours), you can add value by bringing on board strategic investors...

Pour l'article complet, cliquez sur le titre, et encore merci à Philippe Laferriere.


UK : En 2004, les sociétés IT retrouvent les faveurs du capital-risque

07/03/2004 dans Capital Risque | Commentaires (0)

Bonne nouvelle ! Article de Matt Loney, ZDNet UK. Mon petit commentaire après l'article :

*

"Après des années noires, les investissements sont en nette hausse dans le secteur info-tech. Les sociétés de capital-risque constatent une reprise sensible des levées de fonds depuis deux mois, y compris en Europe.

LONDRES – Selon certaines sociétés de capital-risque, le nombre d’entreprises des technologies de l'information (IT) à la recherche de généreux mécènes, et en face le nombre d'investisseurs prêts à miser à nouveau dans le secteur, n’a jamais été aussi élevé depuis l’éclatement de la bulle internet courant 2000.

Un constat fait sur les deux premiers mois de 2004, lors d'un colloque organisé à Londres cette semaine. «Le marché est en pleine effervescence», s’est réjoui Bruce Huber, directeur de la société Broadview, spécialisée dans le conseil en fusions et acquisitions. «Je ne me souviens pas de la dernière fois où nous avons été aussi occupés. Le volume d’activité est considérable».

Les fusions et rachats, nouvelle stratégie de sortie: un avis partagé par Ulrich Kenny, associé de Ion Equity, société de services financiers aux entreprises. Pour lui toutefois, la vieille stratégie du capital-risqueur, qui consiste à "sortir" de la start-up et à prendre ses bénéfices via une introduction en bourse, a vécu. En tous cas, dit-il, elle n'est plus aussi viable qu’à la fin des années 90, époque bénie des "dotcom".

Lors de cette conférence, tout les participants étaient unanimes: les fusions et acquisitions deviennent la stratégie de sortie privilégiée par les investisseurs, signe d'une consolidation parmi les petits fournisseurs informatiques innovants. D’après Peter Rowell, du fonds d’investissements Regent Associates, seules 20 entrées en bourse ont eu lieu en 2003 dans le domaine IT, contre 1.400 fusions et acquisitions.

«L’insuffisance flagrante de budgets R&D ces deux dernières années est l’une des raisons à cela, notamment dans le secteur du hardware. Résultat, très peu de nouveaux produits vont être mis sur le marché», a expliqué Ulrich Kenny. «Ces entreprises sont donc obligées d’acheter des technologies pour combler ces manques».

D'importantes levées de fonds suivies par les investisseurs: David Fewer, directeur adjoint de Ion Equity, observe une reprise du marché depuis décembre. «Sur les deux dernières années, de nombreuses entreprises se contentaient de survivre, les capitaux étant réinjectés seulement pour leur permettre de perdurer», a-t-il affirmé. «À présent, nous constatons une augmentation significative du nombre d’entreprises qui cherchent à lever de nouveaux fonds. Il n’est plus question de survie avec des sommes comprises entre 1,5 et 3 millions d’euros; aujourd'hui, ce sont des levées de fonds de l'ordre de 15 millions d’euros, pour gagner des parts de marchés dans des secteurs en pleine croissance».

De récentes annonces de financement confirment ces propos. Le mois dernier, l’éditeur de logiciels open source Jboss a indiqué que sa levée de fonds de 10 millions de dollars, qui coïncidait avec sa restructuration interne en vue d’une entrée en bourse, a suscité un nombre excédentaire de souscriptions. Parallèlement, l'éditeur américain de logiciels Tarantella annonçait avoir décroché 16,4 millions de dollars. Dans son cas, les investisseurs étaient davantage des institutions que des sociétés de capital-risque. Leur but: voir augmenter le prix de l'action de l'entreprise, déjà cotée, a commenté son P-DG Frank Wilde.

Qu'elle soit temporaire ou non, cette effervescence soulage de nombreuses jeunes entreprises du secteur "info-tech" après des années noires. Selon une étude publiée par Venture One et Ernst & Young, les investissements dans les entreprises financées par capital-risque sont passés de 5 milliards de dollars en Europe au troisième trimestre 2000, à moins d’un milliard de dollars trois ans plus tard à la même période. Aux États-Unis, la chute a été plus sévère, de quasiment 30 milliards de dollars au plus haut à 4 milliards de dollars fin 2003."

*

Mon petit commentaire : entre fin 2000 et dernièrement, la place de l’entrepreneur IT dans la cité a été désastreuse. L’entrepreneur qui avait levé des fonds était celui qui « brûlait des millions ». Résultat : beaucoup moins de volonté d’entreprendre et donc d’entreprises IT créées ces trois dernières années. Moins d’entreprises : Les VC (Venture Capitalists), vont devoir se battre pour les bons dossiers. Un conseil aux VCs : faire les deals le plus vite possible, en quelques semaines. Le temps c’est de l’argent, un deal fait en moins de temps coûtera moins d’argent. Les deals longs créeront de l’inflation.

Business Angels et Entrepreneurs

04/03/2004 dans Capital Risque, Entreprendre | Commentaires (2)

Cliquez sur le titre pour lire une note particulièrement intéressante du blog de Philippe Laferriere.

Et vive les business angels !

User experience sur Internet : merci à Axance

03/03/2004 dans Pubs pour mes amis | Commentaires (3)

Vous l’avez sûrement remarqué, les sites Internet sont de mieux en mieux faits d’un point de vue expérience utilisateur. Ce n’est pas un hasard, les sites font de plus en plus appellent à des spécialistes de l’ergonomie et de la psychologie cognitive.

Axance est une de ces sociétés spécialisées dans le sujet, elle bénéficie d’une position remarquable en France avec maintenant plus de six ans d’expérience dans le domaine.

Quelques exemples de clients :

Banque Directe, Banque AGF, ING Direct, Nabab, Caisse d’Epargne, BNP Paribas, AXA France, AXA Europe, MMA, Portzamparc, bfinance, voyages-sncf.com, Dégriftour-Lastminute, Travelprice, Promovacances, Darty , Castorama, Système U, La Redoute, Cyrillus, Eveil & Jeux, Verbaudet, Groupe Casino, Telemarket, Photoways, Autovalley, France Telecom, Cegetel, SFR, Wanadoo, Tiscali, Club Internet, Editions Atlas, Editions Lamy, Groupe Wolters Kluwer, e-TF1, La Française des Jeux, La Poste, Renault, Valeo, Dulux Valentine, Total, Groupe Rémy Cointreau, CIDIL, ADP-GSI, AstraZeneca etc.

Pour visiter le site d’Axance, cliquez sur le titre.

Bienvenu à Citato, le gratuit des lycéens

03/03/2004 dans Entreprendre, Pubs pour mes amis | Commentaires (2)

Cette note rentre dans mes rubriques "Entreprendre" et "Pub pour mes amis", des amis entrepreneurs. Xavier, un ami dont le grand défaut est de me battre (trop) régulièrement au tennis, lance le premier journal gratuit destiné aux lycéens, Citato. Voici le texte repris sur le site web de Citato (citato.org, cliquez sur le titre pour acceder au site) :

*

"Citato est un journal gratuit d’information générale, dont l’objectif est de faire découvrir et aimer la lecture de la presse aux lycéens."

"Citato offre chaque mois une sélection "intelligente et documentée" d'articles issus de toutes les familles et genres de presse, publiés intégralement ou partiellement. En marge de chaque article, des informations rédigées par les journalistes de Citatoviennent accompagner les lycéens dans leur lecture. Le journal comprend également des rubriques propres, parmi lesquelles des rubriques d’éducation aux médias (introduction à l’analyse de l’image et du discours médiatique)."

Citato est distribué dans les CDI de 1300 lycées, répartis dans plus de 600 villes sur tout le territoire français."

Annonceurs, partenaires etc., pensez à Citato, une start-up. Bonne route Citato !

OPA de France Telecom sur Wanadoo : une mauvaise affaire pour les petits porteurs ?

01/03/2004 | Commentaires (26)

Plein de petits porteurs ont acheté du Wanadoo à plus de 20 euros l’action. France Telecom en propose aujourd’hui moins de la moitié alors que l’action n’arrête pas de monter (+ 90% en un an).

De plus, lorsque Wanadoo va offrir une offre de téléphonie sur IP, et cela est prévu pour bientôt, la valeur de l’entreprise ne pourra que monter encore plus.

J’ai l’impression que France Telecom fait une superbe affaire au détriment des actionnaires actuelles de Wanadoo. Mais je me trompe peut-être. Si l’un de vous est expert sur le sujet, je suis preneur de vos commentaires.

D’après Yahoo!Actualités, sur le blogs de campagne, je serais un supporter de Santini !

01/03/2004 | Commentaires (2)

Drôle :

J’ai blogué sur les Weblogs respectifs de DSK, de Santini et Copé la semaine dernière, dans le but d’encourager les politiques à utiliser ce medium démocratique. Puis j’ai été déconnecté pendant trois jours, en congés. En rentrant hier soir, j’ai un mail d’un copain qui me dit que mon blog est répertorié par Yahoo! comme pro-Santini. Ah bon ?

À DSK, j’ai dit, en résumé, qu’entreprendre c’est bien (et DSK est d'accord, il a montré par le passé qu’il était pro entrepreneurs). Et si entreprendre c’est bien, alors le travail c’est bien. Et si le travail c’est bien, alors pourquoi dire que ce n’est pas bien (en fait, il ne le dit pas, mais il signe toujours des textes co-signés par Madame Martine Aubry, qui elle, n’aime pas le travail. Du moins, c’est ce que j’avais compris d’elle mais je n’ai peut-être pas tout compris. La politique, c’est compliqué).

A Copé, qui parlait d’un projet « Ile de France numérique », un sujet politique à ma portée, j’ai répondu qu’il devrait voir ce qu’il se passe sur Pau où la ville va proposer 100 mégabits pour tous (oui, 100 mégabits ! soit 200 fois plus que votre ligne haut-débit d’aujourd’hui, fantastique ! J’ai prévu d’aller à Pau cette année, juste pour tester. La personne à l’origine du projet Pau est quelqu’un de super, Jean-Michel Billaut, le fondateur le l’Atelier Paribas).

À Santini, je n’ai rien dit. Son blog proposait de faire répertorier son propre blog, ce que j’ai essayé de faire (ils font un tri auparavant). Comme commentaire, j’ai dit que je trouvais qu’en France il y avait trop de politiciens et pas assez d’entrepreneurs. Je pensais que je ne passerais pas la sélection. Et hop ! je suis retenu mais sans le savoir et je pars en congés trois jours et hop! Yahoo! me répertorie comme pro-Santini…Ça alors !

Merci Monsieur Santini. Mon blog n’a jamais été aussi visible, pas forcément pour les bonnes raisons, mais si cela peut aider à diffuser des idées pro-entrepreneurs, pourquoi pas ? Cliquez sur le titre pour voir la page Yahoo!


Ma Photo

juillet 2014

lun. mar. mer. jeu. ven. sam. dim.
  1 2 3 4 5 6
7 8 9 10 11 12 13
14 15 16 17 18 19 20
21 22 23 24 25 26 27
28 29 30 31